En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
Dans le viseur de la justice
Attentats de Paris : 6 ex-otages de l'Hyper Cacher portent plainte contre plusieurs médias, dont BFMTV
Publié le 03 avril 2015
Les plaignants reprochent notamment à la chaîne d'information d'avoir révélé durant la prise d'otages qu'ils se trouvaient dans la chambre froide.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les plaignants reprochent notamment à la chaîne d'information d'avoir révélé durant la prise d'otages qu'ils se trouvaient dans la chambre froide.

BFMTV dans le collimateur de la justice. Six personnes qui s'étaient cachés dans le magasin Hyper Cacher, lors de l'attaque par Amédy Coulibaly de cette épicerie juive située porte de Vincennes, ont porté plainte contre X pour mise en danger de la vie d'autrui. Cette plainte, déposée le 27 mars, vise les médias, et notamment BFMTV. Le parquet de Paris a saisi ce mercredi la brigade de répression de la délinquance aux personnes d'une enquête préliminaire.

Un journaliste de BFMTV avait annoncé à l'antenne, alors que la prise d'otage était en cours, "qu'une personne se trouvait dans la chambre froide". Sept otages dont un bébé s'y trouvaient dans la chambre froide durant l'attaque.

"Les méthodes de travail des médias en temps réel dans ce genre de situation sont des pousse-au-crime", a fustigé Me Klugman, l'avocat des plaignants. Il précise que Coulibaly suivait le déroulement de l'assaut sur BFMTV. La vie des plaignants "aurait été exposée si Coulibaly avait eu connaissance en temps réel de l'information diffusée par BFMTV" sur le fait qu'ils étaient dissimulés dans la chambre froide.

"La question est de savoir qui est responsable de ce délit? La personne morale? La direction de l'information? Le journaliste? Il n'y a que devant un tribunal que le délit pourra être réparé" estime l'avocat. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) avait constaté 36 manquements au règlement des télévisions et radios dans leur couverture des attentats de janvier.

Vu sur : Lu sur le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 03/04/2015 - 18:56
Tu sers à rien ! ☺
Je me rappelle avoir entendu sur France-info des informations de cette nature sur les 2 zombies de Mahomet retranchés dans une imprimerie. Ils peuvent faire grève jusqu'à la faillite totale de Radio P.S. ils ne manqueront à personne !
Vincennes
- 03/04/2015 - 15:30
BFMTV qui était informé, en direct, par l'Elysée
chaine "chouchoute" de ce Gouvernement et d'entendre la bande ELKRIEFF, MARSCHALL et la concierge folledingue de CABANA (du Point), on a aucun doute. Heureusement qu'il y a E.BRUNET et T.ARNAULT (chef politique) pour "modérer" les ardeurs Hollandaises de ces Journaleux aux ordres. Aussi, comme ASSOUGOUDREL, ils ont tout mon mépris et le CSA, lui aussi, avait bien fait de les rappeler à l'ordre. Il va y avoir du RIFIFI entre Hollande et le CSA qui je l'espère va continuer, également, de soutenir M.GALLET
assougoudrel
- 03/04/2015 - 11:21
Beaucoup vendraient leur
âme au diable pour le scoop, si on peut appeler ça scoop. Ces personnes ont mille fois raison de porter plainte. Les militaires chuchotent que ce sont des journalistes qui ont parlé de 30 hommes des forces spéciales françaises dans l'avion qui a été abattu. Un peu de patriotisme et d'humanité ferait du bien à certains; beaucoup même. Ils ont tout mon mépris.