En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Saga
Affaire Bettencourt : l'ex-infirmier de l'héritière de L'Oréal a tenté de se suicider
Publié le 26 janvier 2015
Le tribunal correctionnel de Bordeaux doit se pencher sur le volet "abus de faiblesse" de ce feuilleton judiciaire. Ouvert lundi, le procès a été reporté au lendemain.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le tribunal correctionnel de Bordeaux doit se pencher sur le volet "abus de faiblesse" de ce feuilleton judiciaire. Ouvert lundi, le procès a été reporté au lendemain.

Qui a pu profiter de la générosité de la femme la plus riche de France et de l'une des plus grosses richesses mondiale? C'est à cette question que le tribunal correctionnel de Bordeaux va s'atteler à répondre à partir de lundi. Pas moins de dix prévenus vont défiler devant les juges, tous sont accusés d'abus de faiblesse sur l'héritière de L'Oréal, Liliane Bettencourt. L'ex-président de la République, Nicolas Sarkozy, soupçonné un temps, et mis en examen en 2013 avait bénéficié d'un non-lieu. 

Alors que ce procès s'ouvre ce lundi, huit ans après le début de ce feuilleton judiciaire aux multiples ramifications, le procureur adjoint de Bordeaux, a annoncé lundi en milieu de matinée, que l'ex-infirmier de Liliane Bettencourt, avait tenté de se suicider dimanche soir. Alain Thurin est également mis en cause pour avoir profité des largesses de sa patronne. "Nous ne savons pas s'il est mort ou vivant", a précisé le président du tribunal à l'ouverture de l'audience.

Par ailleurs, l'audience a été suspendue pour ne reprendre que mardi matin, le temps d'étudier une question prioritaire de constitutionnalité, déposée par la défense, à propos de la notion de "blanchiment."

Dans ce volet, reste neuf prévenus dont l'ancien ministre et député UMP Eric Woerth, renvoyé lui devant la justice pour recel d'une somme que lui aurait remise Patrice de Maistre, un proche de Liliane Bettencourt. Le tribunal correctionnel va s'atteler à comprendre ce qu'il s'est déroulé dans l'hôtel particulier de Neuilly de la milliardaire âgée de 92 ans. C'est la fille de la vieille dame, Françoise Bettencourt-Meyers, qui avait lancé la première salve d'accusation avant les révélations en 2010 de Mediapart.

En première ligne, l'ami et photographe de Liliane Bettencourt, François Marie Banier. Ce dernier est soupçonné d'avoir profité des largesses de l'héritière en dons pécuniaires mais aussi en objets d'art. L'ancien gestionnaire de fortune de la milliardaire, Patrice de Maistre, pourrait également avoir profité de la vulnérabilité de cette dernière. Son successeur, Pascal Wilhem, et un de ses clients, Stéphane Courbit, sont poursuivis pour "abus de faiblesse" pour avoir poussé Liliane Bettencourt à investir 143 millions d'euros dans leur entreprise.

Au cœur de ce procès inédit, l'état de santé de la vieille dame, et notamment son état psychologique, va être âprement débattu. Les enregistrements et le témoignage de l'ancienne comptable de Liliane Bettencourt, Claire Thibout, considérée comme un témoin-clé, vont être mis à mal alors que cette dernière a été mise en examen fin novembre pour "faux témoignage" dans le cadre d'une procédure distincte.
 

Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Montée du Brexit Party dans les sondages : Le Royaume-Uni en voie de s'enfoncer dans l'une des plus graves crises politique de son histoire
04.
La taxe carbone va prendre l’avion, très bonne idée, sauf que ceux qui vont payer ne sont pas ceux que l’on croit
05.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
06.
La Chine est désormais le premier partenaire commercial de l’Allemagne et voilà ce que ça change pour l’Europe
07.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
03.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires