En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Sécurité
Armées : François Hollande renonce à la suppression de 7 500 postes
Publié le 21 janvier 2015
Suite aux attentats le rythme de réduction des effectifs de la Défense est revu et adapté jusqu'en 2019.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite aux attentats le rythme de réduction des effectifs de la Défense est revu et adapté jusqu'en 2019.

Lors d’un conseil de défense à l’Elysée ce mercredi 21 janvier, François Hollande a annoncé que le gouvernement français renonçait à la suppression de 7 500 postes dans les armées sur la période 2015-2019, dont 1 500 dès 2015, pour faire face aux besoins sécuritaires après les récents attentats.

Les suppressions de postes prévues initialement par la Loi de programmation militaire (LPM) 2015-2019 étaient de 7 500 en 2015, 7 500 en 2016, 7 300 en 2017 et 3 500 en 2018, soit un total de 25 800. Elles passent donc de 25 800 à 18 300 sur quatre ans et, pour la seule année 2015, de 7 500 à 6 000. Au total, les réductions d'effectifs seront donc inférieures de 30% à ce qui était initialement prévu.

L’armée française comptait 278 000 personnels civils et militaires fin 2013. Quelque 54 000 postes ont déjà été supprimés dans le cadre de la LPM précédente (2008-2014). Mais mercredi 14 janvier lors de ses vœux aux armées à bord du porte-avion Charles-de-Gaulle, François Hollande avait annoncé que, compte tenu de la "situation exceptionnellecréée par les récents attentats, le "rythme de réduction" des effectifs de la Défense prévus pour "les trois prochaines années" serait "revu et adapté".

Le président de la République a demandé que la LPM (2015-2019) soit actualisée en tenant compte de ces modifications d'ici cet été.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pourquoi-pas31
- 21/01/2015 - 17:10
Article peu clair
Avec des chevauchements de dates de sorte qu'au final, on ne sait plus qui et combien, entre les civils et les militaires.