En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Mauvaise publicité

Espagne : l'infante Cristina renvoyée devant la justice pour délits fiscaux

Publié le 23 décembre 2014
L'affaire porte sur des malversations d'une société à but non lucratif, Noos, présidée par Inaki Urdangarin, l'époux de Cristina de Bourbon.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'affaire porte sur des malversations d'une société à but non lucratif, Noos, présidée par Inaki Urdangarin, l'époux de Cristina de Bourbon.

Les temps sont durs pour la famille royale espagnole. L'infante Cristina, sœur du roi Felipe VI, a été renvoyée devant la justice dans le cadre d'une affaire de délits fiscaux, a informé lundi 22 décembre le tribunal de Palma de Majorque aux îles Baléares. L'affaire porte sur des malversations d'une société à but non lucratif, Noos, présidée par Inaki Urdangarin, l'époux de Cristina de Bourbon, 49 ans. Selon le juge en charge de l'affaire "Noos", Jose Castro, l'infante, aurait collaboré avec son mari pour deux délits d'ordre fiscal.

Tout a commencé il y a quatre ans. Alors qu'il enquêtait sur le financement du vélodrome de Palma de Majorque, Jose Castro est tombé sur des contrats suspects passés par Noos avec les régions des Baléares et de Valences pour organiser des congrès liés au sport. Ces derniers auraient engendré de fausses factures par l'intermédiaire de sociétés écrans, dont Aizoon, qui détenue à moitié par l' l'infante et son époux.

L'affaire a profondément marqué la monarchie. En décembre 2011, Iñaki Urdangarin a été mis en examen et en avril 2013, cela a été au tour de Cristina, soupçonnée d'avoir collaboré avec son mari. Le couple a alors été écarté de toute activité officielle. Entretemps, des clichés de Juan Carlos chassant les éléphants des éléphants au Bostwana et des échanges d'emails avec son gendre témoignant de son soutien envers ses activités professionnelles avaient scandalisé le pays, alors en pleine crise économique.  

Vu sur : lu sur Europe 1
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

La guerre des changes aura lieu

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 23/12/2014 - 11:33
En France, tout serait caché,
sauf pour ceux de droite. Combien "oublient" de déclarer leur patrimoine en toute impunité; de payer ses impôts; se servent dans les caisses? Bravo à l'Espagne.