En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le roman des Goscinny, naissance d'un gaulois" de Catel Muller : un parcours tendre et souriant aux sources de l'inspiration du père d'Astérix et Obélix

il y a 4 min 21 sec
pépites > Défense
Solidarité et soutien envers nos soldats
Emmanuel Macron sera avec les militaires français en Côte d’Ivoire pour les fêtes de fin d’année
il y a 1 heure 29 min
light > France
"Nipple Gate"
Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct
il y a 2 heures 58 min
pépites > Politique
Confiance
Edouard Philippe considère que la "bonne foi" de Jean-Paul Delevoye est "totale"
il y a 6 heures 24 min
pépite vidéo > Sport
Valeurs du sport bafouées
Roxana Maracineanu, ministre des Sports, a été huée et menacée par des supporters lors d'un match du Red Star
il y a 8 heures 26 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

La genèse de Huaweï : comment le génie et les idées de Ren Zhengfei ont révolutionné les télécoms et l'industrie en Chine

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

Lutte et prévention contre le terrorisme : l'impérieuse nécessité d'adopter une vision globale afin d'éviter l'impression du pansement sur une jambe de bois

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Santé
Avancées médicales

Un nouveau traitement capable de prévenir la moitié des cancers du sein produit des effets même longtemps après avoir été pris

il y a 11 heures 38 min
décryptage > Politique
Répartie

Retraites : on peut être de droite et préférer la répartition

il y a 12 heures 25 min
décryptage > Politique
Déclaration d’intérêt

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Raymonda" de Rudolf Noureev d'après Marius Petipa : la perfection classique pendant trois heures d’horloge… Et on en redemanderait…

il y a 15 min 5 sec
pépite vidéo > Religion
Huit mois après
Chantier de Notre-Dame de Paris : France 2 dévoile des images de l'intérieur de la cathédrale
il y a 2 heures 1 min
pépites > France
Fortes perturbations
Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro
il y a 5 heures 49 min
light > France
Mauvaise camaraderie ?
Miss France 2020 : les ultimes heures de la compétition avant le sacre auraient été marquées par des tensions entre les candidates
il y a 7 heures 3 min
pépites > Social
Prévisions
Grève SNCF : Edouard Philippe exige un "plan de transport" pour les fêtes
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

Comment Daech est né sur les décombres de l'Etat irakien

il y a 10 heures 15 min
rendez-vous > Politique
Zone Franche
Mélenchon et les élections britanniques : le grand rabbin, le Crif et le Likoud ont-ils fait chuter la gauche ?
il y a 10 heures 49 min
décryptage > Education
Négociations

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

il y a 12 heures 11 min
décryptage > Europe
Le retour de l'ennemi héréditaire

Macron a bien des malheurs : encore un lépreux à la tête d'un pays européen !

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Economie
Vraie mère de toutes les réformes

Cette réforme monétaire sans laquelle aucune réforme d’ampleur ne pourra vraiment être réussie en France

il y a 13 heures 56 min
© Reuters
© Reuters
Tension extrême

Tribune de Nicolas Sarkozy : la gauche perd ses nerfs

Publié le 21 mars 2014
A trois jours des municipales, Nicolas Sarkozy s'est adressé aux Français pour s'expliquer sur ses récentes affaires, engendrant ainsi l'indignation de la gauche et de multiples remous sur le monde politique. La stratégie adoptée par l'ex-président de la République, en rupture avec sa posture depuis 2012, pose quelques interrogations.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A trois jours des municipales, Nicolas Sarkozy s'est adressé aux Français pour s'expliquer sur ses récentes affaires, engendrant ainsi l'indignation de la gauche et de multiples remous sur le monde politique. La stratégie adoptée par l'ex-président de la République, en rupture avec sa posture depuis 2012, pose quelques interrogations.

Nicolas Sarkozy a parlé et cela entraîne des remous insoupçonnés. Dans une tribune au Figaro parue vendredi, l'ancien chef de l'Etat dénonce une "violence inédite" et une "absence de scrupules sans précédent" de la part de l'exécutif concernant l'affaire des écoutes téléphoniques. Prenant les Français à témoin, il récuse les accusations le visant depuis mai 2012 et épingle "la calomnie érigée en méthode de gouvernement" et l'instrumentalisation de la justice "par des fuites opportunément manipulées".

Point de sa lettre le plus commenté, sa comparaison à la Stasi. "Aujourd'hui encore, toute personne qui me téléphone doit savoir qu'elle sera écoutée. Vous lisez bien. Ce n'est pas un extrait du merveilleux film La Vie des autres sur l'Allemagne de l'Est et les activités de la Stasi. Il ne s'agit pas des agissements de tel dictateur dans le monde à l'endroit de ses opposants. Il s'agit de la France" écrit l'ex-chef d'Etat. L'ancien président ironise sur les dénégations des ministres de la Justice et de l'Intérieur, Christiane Taubira et Manuel Valls, qui affirment ne pas avoir été informés -ou tardivement- de sa mise sous écoute. "On pourrait en rire s'il ne s'agissait pas de principes républicains fondamentaux" explique-t-il. 

Une lettre qui pose en tout cas question tant sur le fond que sur la forme. Nicolas Sarkozy a-t-il eu tort de "sortir du bois" alors qu'il avait pris un certain recul sur la vie politique quotidienne du pays ? Est-ce une erreur de communication ? Christian Delporte, spécialiste d'histoire politique a répondu à cette question. "Je ne pense pas. Tout dépend à qui il s'adresse, il dit qu'il s'adresse aux Français. Personnellement, je pense qu'il ne s'adresse pas aux Français. Il a mis sa tribune sur Facebook, il s'adresse d'abord à ses partisans qui sont persuadés d'un acharnement  et d'une forme de complot. Pour savoir si c'est une erreur ou pas, nous ne pouvons pas le savoir sur le coup, c'est toujours après que nous pouvons constater l'erreur ou pas. Nous verrons dans les semaines ou les mois qui viennent si c'était une erreur de communication mais pour l'instant nous sommes sur le coup, sur l'émotion de cette tribune".

Autre interrogation, Nicolas Sarkozy a-t-il eu tort de rompre la distance qu'il avait pris depuis 2012 et sa défaite à l'élection présidentielle ? "Cela n'était certainement pas son plan. Il ne pensait pas devoir un moment ou un autre intervenir sous cette forme mais paradoxalement, à condition qu'il n'y ait pas de mise en examen, qu'il n'y ait pas à fortiori de condamnation, cela peut servir. (...) Ce qui ressort, c'est une dimension humaine et personnelle, plus concrètement il mise ou il joue sur l'homme blessé. Il est tout de même sur un registre très affectif et  cela fait partie intégrante de la stratégie de Nicolas Sarkozy dans son rapport avec ce partisan. Il est dans l'affecte, c'est-à-dire dans la victimisation" nous a expliqué Christian Delporte.

Ensuite, il est légitime de se poser la question du timing choisi par Nicolas Sarkozy. L'ex-président n'a-t-il en effet pas mal choisi son moment à trois jours des municipales ? "Ce qui est effectivement étonnant, c'est le moment qu'il choisit. Il aurait pu attendre le lendemain des municipales mais d'une certaine manière en attendant pas la fin des municipales, il veut montrer qu'il se situe en dehors des débats politiques chauds. Il a constaté quand même que ses affaires affectaient son image à lui mais plus largement  l'image de la droite. Cela peut avoir des conséquences sur l'attitude de l'électorat" décrypte Christian Delporte.

En tout cas, les propos qui ont provoqué nombre de réactions indignées à gauche. François Hollande a indiqué jeudi soir que "laisser penser que notre pays, notre République puissent ne pas être fondés sur les libertés, c'est introduire un doute qui n'a pas sa place". Pour lui, c'est "insupportable". Jean-Marc Ayrault a pour sa part parlé de "grave faute morale". Mais le président et le Premier ministre n'ont pas été les seuls à prendre la parole et s'ériger en défenseur des institutions.

Jeudi soir, Christiane Taubira mise en cause par Nicolas Sarkozy, a répondu sèchement aux attaques de l'ancien président. "Dans un Etat de droit, la mise en œuvre de la loi prévoyant les interceptions judiciaires par des juges indépendants ne peut pas être comparée aux pratiques à l’œuvre dans des régimes autoritaires ou totalitaires", lance Christiane Taubira, qui dit ne pas accepter cette injure à l'égard des citoyens français, des juges et donc des institutions de la République.

Ce vendredi sur Europe 1, Manuel Valls a fustigé la lettre écrite par l'ancien chef d'Etat. "On attend d'un ancien chef de l’État des paroles d'unité. Or, là, ce sont des paroles de division, de confusion, des mots violents et outranciers, qui traduisent une absence de sérénité et de mesure. On ne peut pas mettre en cause les magistrats, ni les décisions du Conseil constitutionnel" a dit le ministre de l'Intérieur avant d'ajouter : "il faut chérir la République, la protéger. Et j'ai l'impression qu'en écrivant cela, il veut tout détruire. (...) On a l'impression que Nicolas Sarkozy, pris par une forme de rage, veut se protéger. De quoi ? Je ne sais pas. Il ne faut pas mettre en cause le travail de la police et de la justice. L'attaque de Nicolas Sarkozy contre la magistrature est anormale. On doit respecter cela". Michel Sapin sur iTélé, a lui aussi critiqué Nicolas Sarkozy parlant d'un "coup d'Etat verbal".

 

Jean-Christophe Cambadélis sur son blog y est aussi allé de son commentaire. "Cette lettre est une atteinte contre l’État de droit, les révélations d’une enquête dont vous suggérez que le pouvoir s’est rendu complice. Ce faisant n’apportant aucune preuve à vos allégations, vous appliquez les méthodes que vous prétendez contester" a écrit le député PS. Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale évoque quant à lui au micro de BFMTV/RMC, "un brûlot insupportable". Pour lui, Nicolas Sarkozy est "irresponsable".

Enfin, Jean-Luc Mélenchon sur RTL  a expliqué que cette lettre était une "lettre de guerre, de bataille politique. Je ne le crois pas crédible lorsqu'il compare la France avec la Stasi. Si quelqu'un est responsable, c'est lui. Il n'a rien à dire. Le fait qu'il soit écouté, ça le fait hurler alors que la NSA a écouté les Français durant des années". 

Des réactions très vives qui masquent de plus en plus mal une réalité cruelle : celle du vide politique dont les Français sont désormais les otages. Ces dernières semaines ont été le théâtre d'une guerre politico-judiciaire au mieux stérile pour la démocratie, au pire dévastatrice. La classe politique, plus que jamais renfermée sur elle même, a démontré, dans un bal incessant de réactions médiatiques souvent stériles à des affaires à la portée pour le moins limitée à quelques jours de la première échéance électorale majeure depuis 2012, son incapacité à offrir une vision pour la France et à porter des projets capables de sortir le pays d'une crise dans laquelle il patauge. A l'heure où les autres pays européens se redressent, la France stagne, le chômage ne baisse pas, les indicateurs économiques naviguent toujours en eaux troubles. Les Français s'impatientent. Lassés d'écouter les longues litanies sur les affaires, ils en ont assez que les hommes politiques ne prennent pas à bras le corps les véritables problèmes de la société, les sujets de fond. Une exaspération dont on ignore par quel biais elle finira par se manifester : dès dimanche à l'occasion des municipales, aux Européennes de mai ou sous une autre forme. Une question à laquelle les élites politiques de droite comme de gauche n'ont visiblement pas pour priorité de trouver une réponse.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires