En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 13 heures 29 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 14 heures 7 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 16 heures 49 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 18 heures 50 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 21 heures 36 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 21 heures 46 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 22 heures 8 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 22 heures 46 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 22 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 13 heures 49 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 15 heures 51 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 17 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 18 heures 45 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 21 heures 28 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 21 heures 44 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 21 heures 58 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 22 heures 12 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 22 heures 50 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 22 heures 54 min
Washington, 17 jan 2020 (AFP) - Les Etats-Unis et la Chine ont encore beaucoup à faire pour résoudre durablement leurs différends commerciaux même si leur accord bilatéral est un pas en avant, a estimé vendredi la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva.

"Un accord important a été annoncé cette semaine mais il reste fort à faire pour soigner les fractures existant entre les deux principales puissances économiques de la planète", a-t-elle commenté dans un discours devant le Peterson Institute for international economics (PIIE).

Au-delà de ces deux pays, "c'est tout le système commercial mondial qui a besoin de profondes améliorations", a-t-elle poursuivi.

"A l'aube de cette nouvelle décennie", le problème principal reste "l'incertitude grandissante" relative à l'apaisement des tensions géopolitiques et au triomphe de la paix, concernant la possibilité de voir une trêve commerciale déboucher sur une paix durable et une réforme du commerce, dit-elle.

L'incertitude aussi "quant à savoir si les politiques publiques pourront remédier aux frustrations et au mécontentement qui grondent dans de nombreux pays", a-t-elle observé.

Si l'incertitude nuit à la confiance des entrepreneurs, à l'investissement et à la croissance, ce qui préoccupe des millions de personnes au jour le jour, c'est l'incertitude sur leur capacité à payer leurs factures à la fin du mois, sur la santé et le bien-être de leurs familles, "la peur constante d'être laissées pour compte", poursuit-elle.

Dans son discours, intitulé "Le secteur financier des années 2020: construire un système plus inclusif pendant cette nouvelle décennie", elle note de manière positive que les inégalités de revenus entre les pays ont fortement diminué au cours des vingt dernières années, avec l'essor d'importants pays émergents en Asie.

Mais dans le même temps, les inégalités se sont creusées dans de nombreux pays, comme par exemple au Royaume-Uni où les 10% les plus riches détiennent un patrimoine presque équivalent à celui des 50% les plus pauvres.

Or "des inégalités excessives freinent la croissance (...) et entament la confiance dans la société et les institutions", alimentant le populisme, déplore-t-elle.

"Pour corriger les inégalités, de nombreux gouvernements s'appuient d'abord sur des mesures budgétaires, qui sont des outils essentiels", explique-t-elle.

Mais il ne faut pas négliger le secteur financier "qui peut agir durablement sur les inégalités avec des effets tant positifs que négatifs", ajoute-t-elle.

Dans une nouvelle étude présentée vendredi, le FMI avance que ce secteur offre de nouvelles perspectives pour la décennie à venir.

En Chine et en Inde, par exemple, l'essor continu du secteur financier pendant les années 1990 "s'est traduit par d'immenses progrès économiques dans la première décennie 2000, permettant à plus d'un milliard de personnes de s'extraire de la pauvreté".

Au début, ce sont les pauvres qui bénéficient de l'expansion des circuits financiers mais, à terme, la taille et la complexité croissantes du secteur financier finissent par avantager surtout les plus riches.

"Des instruments financiers complexes, des groupes d'intérêts influents et des rémunérations bancaires excessives peuvent alors aboutir à un système davantage au service de lui-même que des autres", a commenté Mme Georgieva, citant l'exemple des Etats-Unis et de la Grande Récession qui s'en est suivie.

La stabilité financière "restera un défi au cours de la décennie qui s'ouvre", opine-t-elle.

Dans les années 2020, le secteur financier devra s'employer à prévenir des crises "classiques" et à gérer les nouvelles, dont certaines liées au changement climatique.

"Ces conclusions doivent à la fois nous alerter et nous exhorter à l'action" pour ne pas répéter les erreurs du passé, a insisté Kristalina Georgieva.

Publié le 17/01/2020 06:16