En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 6 heures 10 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 7 heures 13 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 8 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 8 heures 55 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 10 heures 39 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 11 heures 46 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 13 heures 5 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 15 heures 41 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 6 heures 35 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 7 heures 39 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 8 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 9 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 11 heures 14 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 15 heures 18 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 7 heures
Dijon, 11 déc 2019 (AFP) - La justice a levé mercredi la mise en examen du maire LR de Beaune (Côte-d'Or) et ancien député, Alain Suguenot, mis en cause en décembre 2018 dans le cadre d'une enquête sur des malversations financières présumées, le plaçant sous le statut de témoin assisté, a-t-on appris de sources concordantes.

"Alain Suguenot n'est plus mis en examen" suite à une décision de la Chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Dijon, a annoncé l'intéressé dans un communiqué transmis à l'AFP.

"Cette décision met un coup d'arrêt à la campagne calomnieuse savamment orchestrée à l'encontre du Maire de Beaune à quelques mois des élections municipales", a-t-il poursuivi.

La justice dijonnaise a "accordé à M. Suguenot, précédemment mis en examen, le statut de témoin assisté", a indiqué de son côté à l'AFP le procureur général Jean-Jacques Bosc, soulignant que le parquet général avait pris des réquisitions contraires.

M. Suguenot avait été mis en examen le 5 décembre 2018 avec sa femme et leur fille, soupçonné "de détournements de fonds publics par dépositaire de l'autorité publique et blanchiment", avait indiqué le procureur de la République, Éric Mathais.

La mise en examen de son épouse et de leur fille a aussi été levée mercredi, a précisé le parquet général.

Elles étaient quant à elles soupçonnées de "recels habituels de détournements de fonds publics et blanchiment", avait précisé le procureur de la République.

Député de 1993 à 1997 puis de 2002 à 2017, M. Suguenot était soupçonné "d'avoir perçu des indemnités de représentation et des indemnités destinées à rémunérer des attachés parlementaires et de les avoir détourné et utilisé à des fins personnelles, notamment en en faisant profiter son entourage familial, et d'avoir, par des montages financiers complexes, cherché à dissimuler l'origine des fonds détournés".

M. Suguenot avait annoncé faire "immédiatement appel" de cette mise en examen. Sa femme et sa fille, qui furent ses collaboratrices à l'Assemblée nationale, "travaillaient bien au service de tous, tant dans ma circonscription, qu'à l'Assemblée nationale avec mon troisième assistant", avait-il fait valoir.

Estimant avoir été victime de "calomnie" et de "mensonge" à ce sujet lorsqu'il avait décidé, en 2017, de ne pas se représenter à un nouveau mandat parlementaire, le responsable politique avait dénoncé une "affaire (qui) ressurgit comme par enchantement".

Les investigations sont menées dans le cadre d'une information judiciaire ouverte contre X depuis le 24 octobre 2017.

Publié le 11/12/2019 09:27