En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 4 heures 8 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 5 heures 41 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 7 heures 58 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 11 heures 49 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 12 heures 20 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 13 heures 40 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 14 heures 5 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 14 heures 39 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 14 heures 54 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 5 heures 6 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 6 heures 2 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 8 heures 54 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 12 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 12 heures 58 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 13 heures 14 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 13 heures 58 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 14 heures 18 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 14 heures 41 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 15 heures 2 min
Paris, 11 déc 2019 (AFP) - Des "dysfonctionnements majeurs" dans 77 affaires et ayant fait au moins 276 victimes, sont mis au jour dans une enquête sur la pédophilie dans le sport en France de 1970 à aujourd'hui, publiée mercredi par un collectif de journalistes.

"Football, gymnastique, équitation, athlétisme mais aussi tir à l'arc, roller ou échecs... 28 disciplines sportives sont concernées. Ces drames ont fait au moins 276 victimes en milieu sportif, pour la plupart des enfants âgés de moins de 15 ans au moment des faits", expliquent les journalistes du collectif We Report.

Réalisée par Disclose, en partenariat avec plusieurs médias français -Mediapart, Rue89 (Bordeaux, Lyon, Strasbourg), L'Équipe, Le Télégramme, La Revue Dessinée, Envoyé Spécial, Brut et Binge- l'enquête évoque notamment un cas au club de natation de Clamart, où est licenciée la ministre des Sports, Roxana Maracineanu.

Dans cette affaire, un entraîneur est mis en examen depuis août 2017 après une plainte pour agression sexuelle sur mineure d'une ancienne nageuse du club, âgée de 14 ans au moment des faits présumés, et qui en a aujourd'hui 22.

La ministre a indiqué à Disclose ne pas avoir lancé d'enquête administrative: "Je ne pense pas, moi, en tant que parent, qu'il y a lieu aujourd'hui d'ouvrir une enquête sur ce club, je trouve qu'il fonctionne bien".

Le ministère a ensuite précisé à Disclose et confirmé mercredi à l'AFP qu'une enquête administrative avait été lancée en 2018, avant la prise de fonction de Maracineanu au ministère, sur le club de Clamart "concernant des faits potentiels d'agressions sexuelles", en parallèle de l'enquête judiciaire contre l'entraîneur.

Le ministère a ajouté que l'entraîneur faisait l'objet d'une interdiction d'exercer auprès des mineurs dès 2017.

La ministre se veut en pointe sur ces questions de violences sexuelles dans le sport. En 2018, elle avait dénoncé "une omerta", deux mois après sa prise de fonction.

Les auteurs de l'enquête dénoncent, dans les 77 affaires, de graves manquements à différents échelons -fédérations, clubs, collectivités locales, État, justice- et mettent en avant cinq types de défaillances, à commencer par le suivi judiciaire des délinquants sexuels.

"D'après nos données, près d'une affaire d'infractions sexuelles sur deux est un cas de récidive", expliquent-ils, précisant se baser sur la "définition courante et non judiciaire" de la récidive.

Ils pointent notamment le "vide juridique et administratif source de sérieux problèmes de récidive" entourant les 3,5 millions de bénévoles dans le sport amateur, pour lesquels la vérification du casier judiciaire ou l'examen du Fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles et violentes (Fijaisv) ne sont pas obligatoires.

Autre donnée inquiétante: dans 59 des 77 affaires, "l'agresseur a soit poursuivi son activité malgré une procédure judiciaire en cours, soit retrouvé un poste dans le milieu sportif après une condamnation pour une infraction à caractère sexuel".

L'absence de signalement aux autorités (18 affaires), le soutien à l'agresseur (18) souvent accompagné "d'un mépris pour la parole des victimes, voire de tentatives d'intimidation", ou encore la négligence de signaux forts (9) sont également mis en avant comme failles.

Enfin, Discolse souligne que la mobilité géographique des agresseurs d'une région ou d'un club à un autre, leur permet de passer sous le radar. Un phénomène qui concerne un quart des 77 cas.

Publié le 11/12/2019 06:51