En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 5 heures 7 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 7 heures 38 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 9 heures 41 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 11 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 11 heures 47 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 12 heures 7 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 12 heures 12 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 5 heures 35 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 9 heures 25 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 11 heures 47 sec
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 11 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 11 heures 32 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 12 heures 5 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 12 heures 7 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 12 heures 12 min
Paris, 3 déc 2019 (AFP) - Le niveau des stocks de carburants "ne donne lieu à aucune inquiétude", a indiqué mardi le gouvernement, dans un contexte de blocages de dépôts pétroliers dans l'ouest de la France et de la grève à partir de jeudi.

Jeudi dernier, les professionnels du BTP avaient bloqué l'accès de plusieurs dépôts pétroliers pour protester contre la suppression d'un avantage fiscal sur le gazole. Des difficultés d'approvisionnement des stations-service s'étaient déclarées dans le quart nord-ouest de la France.

Mardi soir, le dépôt pétrolier de Lorient (Morbihan) restait le seul encore bloqué par les professionnels du BTP qui protestent contre la suppression d'un avantage fiscal sur le gazole, les accès de quatre des cinq dépôts bloqués dans l'Ouest ayant été libérés.

Un porte-parole du ministère de la Transition écologique a imputé les pénuries d'essence dans plusieurs stations de l'Ouest à "l'affluence des automobilistes par crainte de difficultés (qui) peut créer des points de tensions sur certaines stations service". Mais "il n'y a pas de manque de stocks de produits dans ces régions", a-t-il insisté.

Il ne faut "surtout pas" se précipiter dans les stations-services, a déclaré pour sa part mardi le PDG de Total Patrick Pouyanné, pendant un débat dans le cadre du colloque de l'union française de l'électricité.

"C'est vraiment le truc le plus absurde qui existe", a-t-il ajouté. "Restons calmes, sinon, du coup, on va réussir à créer à la fin une vraie pénurie simplement parce qu'en permanence sur les chaînes d'information en continu on va dire qu'il y a la pénurie. Alors qu'il n'y a pas vraiment de raison aujourd'hui d'être inquiets".

Pour ce qui est de la grève à partir de jeudi, le ministère de la Transition écologique a assuré qu'il "suit en permanence la disponibilité des produits pétroliers dans les dépôts et leur acheminement jusqu'aux consommateurs" et que "la situation ne donne lieu à aucune inquiétude".

La France compte sur son sol sept raffineries et 200 dépôts, dont 90 dépôts principaux. Ils alimentent un réseau de 11.000 stations-service, qui disposent chacune dans leurs cuves d'une autonomie de deux ou trois jours, selon l'Union française des industries pétrolières (Ufip).

En temps normal, un automobiliste fait son plein toutes les deux semaines en moyenne mais, en cas de grève, des mouvements de panique peuvent changer les habitudes. Il peut alors y avoir jusqu'à cinq fois plus de pleins dans les stations de certaines zones.

Pour éviter une pénurie, la France dispose de stocks stratégiques qui représentent trois mois de réserve de carburants et peuvent être débloqués sur demande du gouvernement.

Mais, pour l'instant, "les stocks sont bons, donc la question de stocks stratégiques ne se pose absolument pas", selon le ministère de la Transition écologique.

En cas de crise grave, les pouvoirs publics peuvent prendre une série de mesures: rationnement, réquisitions pour assurer les services publics (véhicules de pompiers, gendarmerie, etc.), voire protection des sites sensibles par les forces de l'ordre.

jrp-jmi-cho-cd/tq/az

TOTAL

Publié le 03/12/2019 07:10