En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 7 heures 35 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 9 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 10 heures 43 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 11 heures 30 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 12 heures 53 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 14 heures 17 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 15 heures 17 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 15 heures 17 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 8 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 10 heures 40 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 10 heures 49 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 12 heures 3 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 13 heures 58 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 15 heures 17 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 23 heures 46 min
Washington, 22 oct 2019 (AFP) - Le chef de la majorité républicaine au Sénat américain a estimé mardi, dans une rare critique publique, que Donald Trump n'aurait pas dû utiliser le mot "lynchage", lourd de sens aux Etats-Unis, pour décrire la procédure de destitution qui le menace.

"Compte tenu de l'histoire de notre pays, je ne le comparerais pas à un lynchage, c'était un choix fâcheux de mots", a déclaré Mitch McConnell à des journalistes.

L'influent élu républicain a toutefois qualifié "d'extrêmement injuste" l'enquête ouverte par les démocrates au Congrès en vue de destituer Donald Trump: "Je pense que le président peut légitimement se plaindre de cette procédure".

M. McConnell a par ailleurs contredit ouvertement Donald Trump.

Le milliardaire avait affirmé publiquement que le sénateur ne voyait aucun problème derrière son appel au président ukrainien Volodymyr Zelensky, au coeur de l'enquête en vue de sa mise en accusation ("impeachement").

Les démocrates accusent M. Trump d'avoir à cette occasion abusé de son pouvoir pour pousser Kiev à enquêter sur son rival Joe Biden.

"Nous n'avons jamais abordé ce sujet", a déclaré M. McConnell mardi. Une journaliste lui a alors demandé si M. Trump avait menti.

"Vous devriez lui demander à lui. Je n'ai souvenir d'aucune conversation avec le président à propos de cet appel téléphonique", a souligné le chef républicain.

Alors qu'il évite d'ordinaire de critiquer publiquement le président, c'est la deuxième fois en moins d'une semaine que Mitch McConnell a des mots durs.

Il avait qualifié vendredi de "cauchemar stratégique" et de "grave erreur" la décision de Donald Trump de retirer les forces américaines de Syrie.

Publié le 22/10/2019 09:22