En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 7 heures 22 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 8 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 10 heures 30 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 11 heures 16 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 12 heures 40 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 14 heures 3 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 14 heures 59 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 15 heures 4 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 15 heures 4 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 8 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 10 heures 26 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 10 heures 35 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 11 heures 49 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 13 heures 44 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 15 heures 3 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 23 heures 33 min
Paris, 21 oct 2019 (AFP) - Certains téléphones portables mis en vente avant 2016 doivent être retirés de la circulation, ou au moins mis à jour, car ils émettent trop d'ondes et dépassent les normes les plus récentes quand ils sont portés dans la poche d'une veste, juge lundi l'agence sanitaire Anses.

"La durée moyenne d'usage d'un téléphone étant de quelques années (3-5 ans), un certain nombre de ces téléphones sont vraisemblablement toujours utilisés aujourd'hui", souligne le directeur général de l'Anses, Roger Genet, dans un rapport publié lundi.

Interrogée par l'AFP, l'Anses n'a précisé ni le nombre ni le nom des modèles visés.

En cause, le DAS (débit d'absorption spécifique) de ces modèles, indicateur qui évalue la quantité d'énergie absorbée par le corps exposé à des ondes. La réglementation stipule que ce DAS ne doit pas dépasser la valeur de 2 watts par kilo (W/kg).

Ce DAS est mesuré en laboratoire avant la mise sur le marché des portables.

Avant 2016, la distance d'éloignement utilisée pour le mesurer pouvait aller jusqu'à 2,5 cm entre le téléphone et le corps.

Mais en avril 2016, les normes ont été durcies pour évaluer les téléphones dans des conditions plus réalistes, très près du corps. Pour les rayonnements sur le tronc, c'est-à-dire lorsque le smartphone est dans une poche ou un sac, les émissions d'ondes sont désormais mesurées à 5 mm au maximum.

Conséquences: certains téléphones qui étaient conformes à la précédente réglementation ne le sont plus à la nouvelle, et leur DAS dépasse 2 W/kg si on le mesure à moins de 5 mm du corps.

Dans son rapport, "l'Anses recommande que des mesures soient prises afin que les utilisateurs ne soient plus exposés à des DAS supérieurs à 2 W/kg, par exemple par le biais de mises à jour des logiciels des téléphones (ou) le rappel de téléphones".

En attendant, l'Anses préconise de ne pas transporter ces appareils trop près du corps.

Pour parvenir à ces recommandations, l'Anses a tenu compte "des expositions potentiellement élevées lorsque les téléphones sont placés très près du corps" et "des incertitudes qui subsistent sur les éventuels effets sanitaires à long terme" des ondes émises par les téléphones.

Outre les modèles d'avant 2016, il arrive que des téléphones "présentant des valeurs de DAS élevées lorsqu'ils sont placés près du corps (soient) encore mis sur le marché", rappelle l'Anses.

C'est pourquoi un autre organisme, l'Agence nationale des fréquences (ANFR), procède régulièrement à des contrôles.

Entre 2017 et 2019, l'ANFR "a détecté 16 téléphones non conformes à la nouvelle réglementation", avec un DAS supérieur à 2W/kg à 5 mm de distance.

Cela a abouti l'an dernier au rappel de certains d'entre eux, comme le Neffos X1 du fabricant chinois TP-Link ou le Hapi 30 d'Orange, et à des mises à jour logicielles pour d'autres.

Avant même le changement de réglementation en 2016, des tests avaient été menés au plus près du corps par l'ANFR, pour coller à des conditions d'utilisation plus réalistes que la distance d'éloignement alors en vigueur.

"Des tests sur près de 300 téléphones positionnés à proximité du tronc, au contact et à 5 mm de distance ont ainsi été réalisés entre 2012 et 2016", selon l'Anses.

"Les résultats avaient révélé qu'une grande proportion des téléphones testés présentait des valeurs de DAS supérieures à la valeur de 2 W/kg, certaines dépassant 7 W/kg au contact", rappelle l'Agence.

L'Anses préconise de durcir encore la réglementation, "afin que les mesures (...) du +DAS tronc+ des téléphones mobiles soient effectuées au contact du corps".

Publié le 21/10/2019 05:57