En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 7 heures 17 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 8 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 10 heures 25 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 11 heures 12 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 12 heures 35 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 13 heures 59 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 14 heures 36 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 14 heures 59 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 14 heures 59 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 8 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 10 heures 22 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 10 heures 31 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 11 heures 45 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 13 heures 39 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 14 heures 59 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 14 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 23 heures 28 min
Beyrouth, 21 oct 2019 (AFP) - Le Premier ministre libanais Rafic Hariri, confronté à une contestation populaire inédite, a annoncé lundi l'adoption d'une série de réformes, jusque-là bloquées par les divisions au sein de la coalition gouvernementale.

Ces mesures ont été annoncées à l'issue d'une réunion extraordinaire du gouvernement, alors qu'un mouvement de contestation déclenché jeudi gagne chaque jour de l'ampleur. Les manifestants réclament en priorité le départ de l'ensemble de la classe politique, jugée corrompue et incapable de trouver des solutions à la crise économique et sociale qui mine le pays.

"J'ai donné un délai aux partenaires au sein du gouvernement pour mettre en marche un minimum de mesures essentielles et nécessaires", a affirmé M. Hariri au cours d'une conférence de presse, quelques heures avant l'expiration d'un ultimatum de 72 heures qu'il avait fixé aux membres de son gouvernement pour approuver son plan.

Il a notamment promis un "budget 2020 sans impôts supplémentaires pour la population" qui ira de pair avec un déficit de 0,6% du PIB. Il a aussi annoncé une baisse de 50% des salaires du président et des ex-présidents, des ministres et des députés, ainsi que de nouvelles taxes sur les banques.

M. Hariri a assuré soutenir la demande des manifestants d'élections anticipées. "Votre voix est entendue, et si vous réclamez des élections anticipées (...) moi Saad Hariri je suis personnellement avec vous".

Les dernières législatives ont eu lieu en mai 2018.

Retransmises en direct par haut-parleurs sur les lieux des rassemblements géants du centre-ville de Beyrouth, les annonces de M. Hariri ont été accueillies par les manifestants aux cris de "Révolution, révolution" et "le peuple veut la chute du régime", les slogans phares de la contestation.

"Mensonge, c'est du mensonge", s'exclamait Chantal, une manifestante de 40 ans, un drapeau libanais dessiné sur son visage. Selon, elle l'annonce de M. Hariri "c'est de la poudre aux yeux". "Qui peut garantir que ces réformes seront appliquées?"

S'adressant aux manifestants, le Premier ministre a fait profil bas. "Ces décisions n'ont pas été prises pour vous demander de cesser de manifester ou d'exprimer votre colère", a-t-il dit, ajoutant: "c'est vous qui déciderez de le faire, personne ne vous impose de délai".

"Vous êtes la boussole, c'est vous qui avez fait bouger le Conseil des ministres, c'est votre mouvement qui a conduit aux décisions", a ajouté M. Hariri.

Il a aussi salué un mouvement qui a "cassé toutes les barrières, fait bouger tous les partis et tous les dirigeants, et qui a surtout brisé la barrière du confessionnalisme aveugle".

Publié le 21/10/2019 04:28