En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

04.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

05.

Covid-19 : l'hémisphère sud a réussi à échapper à la grippe pendant son hiver 2020

06.

Emmanuel Macron s'en prend à Olivier Véran

07.

Il aime le "jeune Adolf", Goebbels et Auschwitz. Et comme c'est du rap…

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Beatrice Dalle & Anthony Delon épousent des jeunesses; Julie Gayet & Francois H. s’engueulent en regardant le foot; Angelina veut pourrir la vie de Brad Pitt, Jade Hallyday commence à pourrir celle de sa mère; Yannick Noah fait ses besoins dehors

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

03.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

04.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

05.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 7 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 7 heures 32 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 14 heures 59 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 17 heures 40 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 20 heures 2 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 21 heures 9 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 21 heures 31 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 21 heures 50 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 22 heures 20 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 7 heures 52 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 15 heures 26 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 19 heures 50 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 20 heures 4 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 20 heures 52 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 21 heures 23 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 21 heures 39 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 22 heures 7 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 22 heures 57 min
Clermont-Ferrand, 19 oct 2019 (AFP) - Quelques centaines de "gilets jaunes", strictement encadrés par les forces de l'ordre, ont manifesté samedi à Clermont-Ferrand, choisie comme "capitale nationale" pour ce 49e acte du mouvement, dédié aux pompiers.

Plusieurs groupes venus du Puy-de-Dôme mais aussi du Cantal ou de la Creuse, se sont rejoints en début d'après-midi place de Jaude, toisant les forces de l'ordre déployées dans les rues adjacentes aux cris de "personne aime la police".

"Aujourd'hui, nous sommes venus dire notre soutien aux pompiers, on essaye d'avoir une convergence entre tous les métiers", explique Gilbert, boulanger venu du Centre. Une manifestation de pompiers lundi à Paris s'était conclue par des échauffourées avec les forces de l'ordre et au moins un pompier a été blessé à l'oeil.

Le cortège - quelque 500 personnes au plus fort de la manifestation selon la préfecture - a ensuite gagné l'emblématique cathédrale, avant de redescendre en direction du centre, où des feux de poubelle ont été allumés.

Quelques personnes seulement avaient revêtu un gilet jaune : "La police nous les confisque", affirme Alain, 58 ans, qui dit être là "parce que rien n'a changé depuis un an, l'essence est encore plus chère et le fossé grandit entre les riches et les pauvres".

Marie, 44 ans, a fait le déplacement depuis l'Eure-et-Loire : "Je suis maman solo et je n'y arrive pas! Il faut montrer aux gens qu'on est motivés pour relancer le mouvement", dit-elle.

Un cordon de CRS leur a ensuite barré l'accès à la place de Jaude où la préfecture avait interdit toute manifestation. Au total, onze personnes ont été interpellées, selon la préfecture.

À Toulouse également, il y avait plusieurs centaines de manifestants, selon un journaliste de l'AFP.

Exceptionnellement, la manifestation n'a pas débuté dans le centre historique mais sur la rive gauche de la Garonne, dans le quartier de Saint-Cyprien.

Les manifestants se sont arrêtés devant une caserne de pompiers en scandant "merci, merci" tout en applaudissant.

"Je n'ai pas l'impression d'exister aux yeux des hautes sphères. On a beau parler, demander des choses, il y a juste de la répression. Tu parles et tu te prends un coup de matraque", confiait Laurence, 43 ans, soigneuse animalière.

A Bordeaux, ils étaient 400 au plus fort selon la police, une mobilisation légèrement en hausse par rapport aux samedis précédents.

Pas d'incidents ni d'interpellations signalés en milieu d'après-midi.

"À présent que les +black blocs+ ne sont plus là, on est bien mieux dans le mouvement, mais il faut continuer de manifester pour maintenir une pression constante. C'est seulement une pression constante depuis un an qui a permis d'obtenir quelques prises en compte par le gouvernement", explique Francis, 72 ans, cadre retraité.

Dans la capitale, ils étaient 200 à 300. Ils ont manifesté du siège de France Télévisions à La Défense dans le calme, encadrés par les forces de l'ordre.

À Lille, 150 "gilets jaunes" ont manifesté. "CRS touche pas à mon pompier", "Pompiers gazés, police décorée", disaient les quelques pancartes disséminées dans la foule.

Enfin à Lyon, une centaine de "gilets jaunes" étaient rassemblés place Bellecour en début d'après-midi, devant une bannière là aussi en "solidarité avec les pompiers".

Les forces de l'ordre étaient chargées de leur empêcher l'accès aux principales artères commerçantes du centre-ville, interdites aux manifestants par la préfecture. Aucun incident n'avait été signalé en milieu d'après-midi.

burs-cca-san/sd

Publié le 19/10/2019 06:48