En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 13 heures 27 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 15 heures 58 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 18 heures 1 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 19 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 19 heures 45 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 20 heures 7 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 20 heures 24 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 20 heures 26 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 20 heures 32 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 13 heures 55 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 17 heures 45 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 19 heures 20 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 19 heures 41 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 19 heures 52 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 20 heures 12 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 20 heures 25 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 20 heures 32 min
Paris, 18 oct 2019 (AFP) - Les exportateurs d'alcool français ont demandé vendredi au gouvernement des mesures de soutien rapides pour la filière vin, et à la Commission européenne l'ouverture de négociations avec Washington, après l'imposition de droits de douane de 25% sur les vins français.

"Nous regrettons qu'à ce jour, l'Union européenne et les Etats-Unis ne soient pas parvenus à un accord qui aurait permis d'éviter cette situation", indique Antoine Leccia, président de la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux (FEVS) dans un communiqué.

"Les États-Unis sont notre premier client et représentent près de 20% de l'ensemble de nos exportations de vins. Plus de 4.500 entreprises françaises exportatrices de vin sont maintenant directement impactées par des droits de 25% à l'entrée de leurs produits sur ce marché", ajoute la FEVS.

L'organisation demande au gouvernement de "mettre immédiatement en place les mesures de soutien nécessaires à la filière et ses entreprises".

Ces décisions doivent intervenir rapidement "car nos entreprises font aujourd'hui face à un risque majeur de détérioration de leur situation économique", selon la FEVS.

"Nous sommes les victimes collatérales d'un conflit qui n'est pas le nôtre", rappelle Antoine Leccia.

Pour lui, la taxation américaine va conduire "à une hausse supérieure à 30% des prix pour le consommateur américain". "Nos concurrents ne subiront pas ce renchérissement de leurs produits. Il y a donc un risque majeur de perte de parts de marché pour les vins français".

Il espère que les autorités françaises et européennes écarteront "toute tentation d'une escalade de sanctions qui pénaliserait l'ensemble des acteurs de la filière, en France comme aux Etats-Unis".

"Sans plus attendre, il leur appartient d'aboutir à une solution négociée avec les Etats-Unis", conclut-il.

Washington a commencé à appliquer vendredi matin, au dédouanement des marchandises, des taxes punitives sur 7,5 milliards de dollars de produits européens au total, des avions aux vins, en passant par des fromages italiens, des olives espagnoles ou des engins de chantier.

De son côté, la première revue agricole professionnelle en France, La France Agricole, note vendredi que "bien que le différend porte sur les subventions accordées au secteur aéronautique, l'agriculture européenne est en tête de la liste des domaines visés".

"L'impact sur le commerce agricole est environ du double de celui de tous les autres secteurs, y compris l'aviation. Les taux de surtaxe sont également plus lourds pour les produits agricoles que pour les avions, 25% contre 10%", selon la même source.

"Aux Etats-Unis, les incidences négatives de la guerre commerciale américano-chinoise sur les agriculteurs ont été compensées à deux reprises, par des subventions substantielles", ajoute La France Agricole.

"Dans l'UE, le sujet semble passé sous silence, aucune initiative de la part de la Commission ne se fait jour. Les agriculteurs européens n'ont aucunement bénéficié des subventions jugées illégales par l'OMC, mais ce sont eux qui vont perdre le plus", regrette l'hebdomadaire.

Publié le 18/10/2019 10:16