En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

07.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 13 heures 57 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 16 heures 28 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 18 heures 30 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 20 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 20 heures 14 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 20 heures 53 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 20 heures 56 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 20 heures 57 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 21 heures 1 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 14 heures 24 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 18 heures 15 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 19 heures 50 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 20 heures 10 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 20 heures 21 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 20 heures 42 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 20 heures 55 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 20 heures 57 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 20 heures 57 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 21 heures 1 min
Ajaccio, 16 oct 2019 (AFP) - Une bonbonne de gaz taguée FLNC qui s'est révélée vide a été découverte mercredi après-midi devant le centre d'enfouissement de déchets de Giuncaggio (Haute-Corse) dont le portail était barré de la même inscription, a-t-on appris de sources concordantes.

Un périmètre de sécurité a été mis en place et les démineurs se sont rendus sur les lieux et ont conclu, après examen, que la bonbonne était vide, a précisé à l'AFP une source proche de l'enquête.

"La bonbonne de gaz est posée sur le chemin d'accès au site avec l'acronyme FLNC (Front de libération nationale corse, NDLR) peint dessus ainsi que sur le portail en bois derrière elle", a déclaré de son côté la procureure de la République à Bastia, Caroline Tharot.

Les démineurs n'ont pas trouvé de "dispositif de mise à feu sur la bouteille de gaz", a confirmé Mme Tharot.

Sur le portail, l'inscription en blanc sur fond jaune montre un "N" avant la mention "FLNC", pouvant faire référence à l'idée d'un nouveau FLNC.

Le 1er octobre, un groupe de cinq personnes a en effet annoncé lors d'une conférence de presse clandestine la reconstitution d'un FLNC, ce qui a entraîné l'ouverture d'une enquête du parquet national antiterroriste. Ce groupuscule menaçait de veiller "par la force si nécessaire" à l'application de mesures "pour sauver le peuple corse d'une disparition programmée".

La section de recherche de la gendarmerie de Corse est chargée de l'enquête ouverte pour les chefs de "menace matérialisée par un objet de destruction dangereux pour les personnes" et "transport sans motif légitime de substance ou produit explosif non soumis à un régime particulier et permettant de commettre une destruction ou une dégradation du bien d'autrui", a précisé la magistrate.

Le parquet national antiterroriste a été "avisé" de cette découverte et "poursuit ses évaluations", a-t-elle ajouté.

Ce centre d'enfouissement de déchets non dangereux sur la commune de Giuncaggio est revenu dans l'actualité avec la décision le 3 octobre du tribunal administratif de Bastia d'annuler un arrêté du 15 novembre 2016 du préfet de Haute-Corse. Cet arrêté refusait l'autorisation de fonctionner à cette exploitation.

Le conseil exécutif de Corse, présidé par Gilles Simeoni, a précisé après la décision du tribunal administratif qu'il n'était pas favorable à ce site et qu'il "n'a jamais figuré et n'a pas vocation à figurer parmi les sites envisagés" pour stocker des déchets en Corse.

Mardi, un collectif baptisé "Tavignanu Vivu" en référence à la basse vallée du Tavignano où se trouve le site, a manifesté devant la préfecture de Corse à Ajaccio pour s'opposer à sa mise en fonctionnement.

Sans incinérateur sur son territoire et dotée de seulement un seul centre d'enfouissement technique (CET) opérationnel quasi-plein, l'île de Beauté vit régulièrement depuis une vingtaine d'années une crise des déchets.

Publié le 16/10/2019 07:49