En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 27 min 11 sec
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 2 heures 14 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 5 heures 34 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 6 heures 12 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 6 heures 42 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 7 heures 4 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 7 heures 49 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 8 heures 18 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 8 heures 52 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 9 heures 18 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 1 heure 9 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 5 heures 3 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 6 heures 7 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 7 heures 10 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 8 heures 6 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 9 heures 45 min
Washington, 15 oct 2019 (AFP) - Twitter --le réseau social favori de Donald Trump-- a précisé mardi les limites à ne pas dépasser y compris pour les grands de ce monde, qui a l'instar du président américain s'y expriment parfois sans retenue.

De manière générale, la philosophie de Twitter est d'être extrêmement permissif envers les chefs d'Etat et de gouvernement et autres hauts responsables dans le but "de fournir un forum qui permet de s'informer et d'interpeller directement" ces dirigeants.

Le réseau est souvent critiqué pour ne pas appliquer à ces responsables les mêmes règles qui régissent le commun des mortels. C'est particulièrement vrai aux Etats-Unis où un certains nombre de tweets de Donald Trump, s'ils étaient le fait d'un citoyen lambda, seraient probablement supprimés par le réseaux social.

Mais pour autant tout n'est pas permis, explique Twitter dans un blog. "Nous voulons dire très clairement que les comptes des dirigeants mondiaux ne sont pas totalement au-dessus de notre règlement".

Twitter voit six domaines qui, s'ils sont enfreints, mèneront automatiquement à une sanction allant au-delà d'une simple notice, qui masque le tweet en donnant du contexte sur la violation commise, mais qui permet de continuer à le lire.

Sur la liste des interdits du réseau social: la promotion du terrorisme, des menaces directes de violences contre un individu (mais Twitter souligne que le contexte reste important), la publication d'informations privées comme une adresse de résidence ou un numéro de téléphone privés, la publication de photos ou vidéos intimes sans le consentement du sujet, tout comportement ayant un lien avec l'exploitation sexuelle des enfants et tout encouragement à se faire du mal.

Twitter souligne la difficulté à manier les questions de censure. "Ce sont des défis qui sont en évolution permanente et nous continuons à revoir nos règles, en particulier au fur et à mesure que nous en apprenons plus sur le lien entre les tweets de dirigeants mondiaux et le mal qu'ils peuvent faire hors-ligne".

La tâche du réseau est encore rendue plus difficile aux Etats-Unis, où le parti du président accuse les réseaux sociaux en général de favoriser les démocrates au détriment des républicains. Donald Trump lui-même n'hésite pas à s'en prendre à Twitter, en tweetant.

Le débat sur ce qui est permis ou non est récurrent et Facebook s'est vu critiqué récemment pour avoir autorisé --et ensuite refusé de supprimer-- une publicité politique de la campagne pour la réélection de Donald Trump qui contenait des attaques mensongères.

Elizabeth Warren, qui fait la course en tête dans les sondages à l'investiture démocrate et qui attaque ouvertement Facebook, qu'elle juge beaucoup trop puissant et influent, a acheté sa propre publicité politique dans laquelle elle affirme --tout en sachant que c'est faux-- que Facebook et Mark Zuckerberg ont apporté leur soutien au candidat Trump.

Facebook a indiqué que comme les chaînes de télévision, elle ne censure pas les messages politiques.

"Nous pensons qu'il vaut mieux que ce soient les électeurs qui décident plutôt que des entreprises", a expliqué le premier réseau social au monde.

vog/la

TWITTER

Publié le 16/10/2019 02:00