En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

07.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 13 heures 59 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 16 heures 30 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 18 heures 33 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 20 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 20 heures 17 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 20 heures 39 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 20 heures 56 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 20 heures 58 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 20 heures 59 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 21 heures 3 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 14 heures 27 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 18 heures 17 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 19 heures 52 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 20 heures 13 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 20 heures 24 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 20 heures 44 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 20 heures 57 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 20 heures 59 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 20 heures 59 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 21 heures 4 min
Paris, 14 oct 2019 (AFP) - Agnès Buzyn a appelé lundi à bâtir un nouveau plan chlordécone, prévu en 2020, "plus ambitieux", "l'urgence" étant selon la ministre de la Santé l'accès à une alimentation non contaminée par cet insecticide utilisé aux Antilles jusqu'en 1993 et toujours présent dans les sols.

"Nous devons construire un plan encore plus ambitieux (...) ce plan chlordécone, nous voulons le co-construire avec les habitants (...) c'est un impératif", a déclaré la ministre lors de son audition à l'Assemblée nationale par la commission d'enquête parlementaire sur le chlordécone qui persiste dans l'environnement pendant des centaines d'années.

"Ce que vit la population antillaise est insupportable", a-t-elle estimé.

"L'urgence, c'est le zéro chlordécone dans l'alimentation", a insisté Mme Buzyn après avoir rappelé que l'insecticide était "un perturbateur endocrinien mais aussi un cancérogène de niveau 2B" (cancérogène possible) selon la classification de l'OMS.

Elle a détaillé certaines mesures déjà préconisées : "absolument éviter les légumes racines, faire tester son jardin, acheter des légumes et fruits contrôlés", et donc pas ceux vendus sur le bord des routes.

Reprenant à l'identique les formulations utilisées par Emmanuel Macron il y a un an à ce sujet, Mme Buzyn a déclaré que "l'Etat (devait) prendre sa part de responsabilité" dans ce dossier et évoqué "un aveuglement collectif".

Le chlordécone a été interdit aux Etats-Unis dès 1975 et en France en 1990 mais il a été utilisé aux Antilles jusqu'en 1993 en vertu d'une dérogation.

"Cette reconnaissance d'une responsabilité collective (...) date d'une époque où la santé publique pesait moins dans les décisions qu'aujourd'hui", a avancé la ministre.

Selon Santé publique France, "plus de 90% de la population adulte" en Guadeloupe et Martinique est contaminée par le chlordécone.

La ministre a aussi rappelé que le chlordécone avait une incidence sur le développement des enfants exposés pendant la grossesse, une augmentation des risques de prématurité notamment.

Concernant le cancer de la prostate, dont l'incidence parmi les populations antillaises est l'un des plus élevés au monde, elle a cité une étude réalisée en Guadeloupe entre 2004 et 2007 qui "a montré un risque plus élevé de survenue du cancer de la prostate".

Egalement auditionnée, la ministre de la Recherche Frédérique Vidal a indiqué vouloir que la recherche sur le chlordécone fasse l'objet "d'un volet spécifique" au sein du prochain Plan national santé et environnement, alors que le président de la commission, Serge Letchimy, lui réclamait d'en faire une "priorité stratégique nationale en soi".

"La proposition faite par mon ministère, c'est que la chlordécone bénéficie d'un affichage comme étant une priorité de ce plan national santé-environnement", en cours de préparation, a expliqué la ministre, jugeant "très difficile" d'en faire une priorité stratégique en soi".

"Je pense que vous noyez le poisson", a répondu Serge Letchimy. "Ce que nous demandons, c'est que l'État reconnaisse la priorité, parce que derrière ça il y a la responsabilité de l'État" a insisté le député, très énervé. "Mon ton est celui d'un homme blessé, il y a 800.000 blessés comme moi" aux Antilles.

Publié le 14/10/2019 07:45