En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 7 heures 46 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 9 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 10 heures 54 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 11 heures 40 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 13 heures 4 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 14 heures 27 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 15 heures 5 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 15 heures 23 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 15 heures 28 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 15 heures 28 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 10 heures 50 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 10 heures 59 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 12 heures 13 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 14 heures 8 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 15 heures 27 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 15 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 23 heures 57 min
Istanbul, 13 oct 2019 (AFP) - La décision prise par certains pays européens de cesser leurs ventes d'armes à la Turquie ne suffira pas à stopper son opération en Syrie, a déclaré dimanche le président turc Recep Tayyip Erdogan.

"Depuis que nous avons lancé notre opération, nous faisons face à des menaces de sanctions économiques ou d'embargos sur les armes. Ceux qui pensent pouvoir nous contraindre à reculer avec ces menaces se trompent", a dit M. Erdogan lors d'un discours à Istanbul.

Samedi, la France et l'Allemagne avaient annoncé qu'elles stoppaient les ventes d'armes "susceptibles d'être utilisées" par Ankara dans le cadre de son offensive dans le nord-est de la Syrie contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG).

La Turquie considère les YPG comme un groupe "terroriste" qui menace sa sécurité, mais la milice kurde est soutenue par les pays occidentaux qui y voient un rempart contre le groupe Etat islamique (EI).

M. Erdogan a indiqué qu'il avait abordé dimanche le sujet des ventes d'armes lors d'un entretien téléphonique avec la chancelière allemande Angela Merkel.

"Je lui ai dit de m'expliquer. Sommes-nous bien des alliés au sein de l'Otan, ou alors le groupe terroriste a-t-il été accepté au sein de l'Otan sans que je sois au courant?", a déclaré M. Erdogan.

"Etes-vous de notre côté ou du côté de l'organisation terroriste?", a-t-il ajouté.

Le président turc a par ailleurs rejeté les "offres de ceux qui proposent une médiation" entre la Turquie et les YPG. "Quand avez-vous vu un Etat s'asseoir à la table d'une organisation terroriste?", a lancé M. Erdogan.

L'opération contre les YPG vise, selon Ankara, à mettre en place une "zone de sécurité" séparant la frontière turque des territoires contrôlés par la milice kurde et susceptible d'accueillir une partie des 3,6 millions de Syriens actuellement réfugiés en Turquie.

M. Erdogan a déclaré que cette "zone de sécurité" serait profonde de "30 à 35 km" et s'étirerait, à terme, du fleuve Euphrate à la frontière irakienne, soit une longueur de 480 km.

Dans un premier temps, l'offensive turque se concentre sur le secteur compris entre les villes frontalières de Tal Abyad et Ras al-Aïn, distantes d'environ 120 km.

Dimanche, M. Erdogan a affirmé que l'armée turque et ses supplétifs syriens s'étaient emparés de Ras al-Aïn, une affirmation démentie la veille par les forces kurdes et une ONG, et qu'elles assiégeaient Tal Abyad.

L'offensive turque a ouvert un nouveau front dans un conflit qui a fait en Syrie plus de 370.000 morts et des millions de réfugiés depuis 2011.

Publié le 13/10/2019 02:55