En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

03.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

04.

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

05.

L’Europe face au dilemme biélorusse

06.

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

07.

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 min 31 sec
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 1 heure 1 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 1 heure 37 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 3 heures 27 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 4 heures 5 min
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 4 heures 59 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 6 heures 28 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 7 heures 3 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 19 heures 16 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 49 min 10 sec
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 1 heure 21 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 3 heures 12 min
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 3 heures 48 min
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 4 heures 30 min
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 6 heures 18 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 7 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 18 heures 52 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 19 heures 41 min
Évreux, 20 sept 2019 (AFP) - Jusqu'à six mois de prison ferme ont été requis vendredi à au tribunal correctionnel d'Evreux contre quatorze militants animalistes de l'association "Boucherie abolition" pour des dégradations commises dans trois élevages.

Il est reproché à ces militants de s'être introduits dans trois exploitations agricoles, à Beaulieu (Orne), Goussainville (Eure-et-Loir) et Jumelles (Eure) pour "libérer" des volailles et des porcs, le 14 avril 2019 et le 13 décembre 2018.

Lors de la seconde action, un mouvement de panique au sein de l'exploitation de l'Eure avait causé la mort par étouffement de près de 1.400 dindes, a précisé le parquet.

"Nous ne sommes pas là pour juger des idéaux mais des infractions pénales", a plaidé la procureure de la République Dominique Puechmaille, avant de regretter "l'indécence" des militants qui "comparent l'élevage à la dictature nazie".

"Les camps de concentration sont toujours là. On libère des prisonniers", avait un peu plus tôt lancé à la barre une prévenue de 25 ans.

Le parquet a requis 18 mois de prison dont six ferme contre deux prévenus, Solveig Halloin, 44 ans et Vincent Aubry, 32 ans, deux porte-parole de l'association "Boucherie Abolition". Il a en outre demandé dix-huit mois de prison avec sursis contre neuf des prévenus, quatre mois avec sursis contre un autre et deux mois avec sursis contre un dernier.

"Je ne suis pas l'avocat de mafieux", a plaidé Me Pierre Morrier, l'avocat d'un couple d'éleveurs victimes, dont l'exploitation connaît "2 ou 3 décès par jour, ce qui témoigne de la performance de cette exploitation". "On traite nos clients de kapo, de nazis... rendez-vous compte de la tonalité des débats !", a-t-il ajouté.

L'avocate de trois militants, et cofondatrice du Parti animaliste, Hélène Thouy, a affirmé que "l'animal n'est pas une chose que l'on vole. L'animal n'est pas couvert pas l'infraction de vol".

"L'animal relève du régime des biens. Lorsque l'on prend deux dindes dans un élevage (le 13 décembre 2018 ndlr), c'est du vol", a rétorqué la procureure. La magistrate a dénoncé la "particulière gravité des faits, qui génère une véritable psychose chez les éleveurs".

"L'élevage est une filière économique importante qui fait vivre des milliers de familles", a poursuivi Mme Puechmaille. "Les éleveurs sont sensibilisés aux bonnes pratiques", a-t-elle estimé.

La magistrate a en outre pointé un "risque évident de récidive, car les prévenus ne se remettent pas du tout en cause".

Ces derniers, âgés de 25 à 50 ans, ont reconnu les faits, plaidant la désobéissance civile. Certains portaient des tee-shirts arborant des slogans tels que : "Quelle justice pour les victimes de l'élevage?", "Elevage hors la loi", ou "Sauver des vies n'est pas un crime".

Les échanges ont parfois été tendus entre les avocats de la défense et le président du tribunal, de même qu'entre le parquet et Solveig Halloin, qui a lancé à la procureure "Vous voulez essayer l'encagement ?".

"Je reconnais avoir libéré des animaux par état de nécessité pour cesser la cruauté envers les animaux", a ajouté une autre prévenue, malgré l'avertissement du président du tribunal Franck Doudet. "Ce n'est pas le procès de l'élevage. Mais votre procès sur les infractions qu'on vous reproche", a-t-il déclaré.

"Nous ne sommes pas des fous, nous sommes des lanceurs d'alerte", a renchéri une autre prévenue, âgée de 37 ans, en pleurs à la barre.

La plupart des militants sont poursuivis pour dégradations, vols, violation de domicile, entrave à la liberté du travail. Le procès doit durer une journée.

Le syndicat agricole FDSEA de l'Eure s'est constituée partie civile.

Publié le 20/09/2019 06:24