En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France

03.

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

04.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

05.

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

01.

Justine Hénin, la mauvaise joueuse

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
light > Santé
Santé
Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 10 min 3 sec
décryptage > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

il y a 23 min 46 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

5G, vaccins, alimentation... Pourquoi une partie de la France ne croit plus ni au progrès, ni à l’intelligence du bon sens ?

il y a 39 min 54 sec
décryptage > Société
Mais qui sont ces hommes qu’un nombril déchaîne(rait) ?

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

il y a 1 heure 14 min
pépite vidéo > Politique
LFI
Jean-Luc Mélenchon se félicite de la "créolisation" au coeur de la société française
il y a 17 heures 4 min
light > Justice
FFR
Bernard Laporte et Mohed Altrad ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour conflit d'intérêts
il y a 18 heures 24 min
pépites > Société
Religion
Le Vatican condamne à nouveau toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté
il y a 20 heures 57 min
pépites > Justice
Business
Airbnb : la justice européenne valide la législation française sur la location de résidences secondaires
il y a 21 heures 57 min
décryptage > Politique
LREM (La République en Miettes)

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

il y a 22 heures 15 min
décryptage > Mode
Impact du confinement

Fahion week de Milan : la mode est en train d'opérer un grand virage

il y a 22 heures 40 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 11 min 19 sec
pépites > Media
Unis
Appel d'une centaine de médias, pour la liberté d'expression
il y a 39 min 17 sec
décryptage > France
Société française

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

il y a 55 min 57 sec
pépites > Justice
"Dépression sévère"
Julian Assange serait confronté à des tendances suicidaires suite à son emprisonnement
il y a 15 heures 25 min
pépites > France
Prévention du risque
Incendie de Lubrizol à Rouen : un appel à manifester a été lancé pour ce samedi 26 septembre
il y a 18 heures 27 sec
décryptage > Culture
Série télévisée

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

il y a 19 heures 12 min
pépite vidéo > Europe
Mauvaise surprise
Brexit : vers une fermetures de comptes bancaires pour les Britanniques au sein de l'UE ?
il y a 21 heures 50 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

il y a 22 heures 6 min
light > Justice
Internet
Harcèlement en ligne : le YouTubeur français Marvel Fitness condamné et incarcéré
il y a 22 heures 16 min
décryptage > Environnement
Climate week

Emission de CO2 : à calculs irrationnels, conclusions (volontairement) biaisées

il y a 22 heures 56 min
Alger, 18 sept 2019 (AFP) - Le général Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major de l'armée et homme fort de l'Algérie, a indiqué mercredi avoir ordonné à la gendarmerie d'empêcher l'accès de la capitale Alger aux manifestants d'autres régions du pays.

Cette démarche intervient trois jours après l'annonce par le président intérimaire Abdelkader Bensalah d'une nouvelle date --le 12 décembre-- pour la tenue d'une élection présidentielle, un scrutin catégoriquement rejeté par le mouvement de contestation chaque vendredi dans les rues de la capitale.

"J'ai donné des instructions à la gendarmerie nationale" pour empêcher la venue de manifestants "d'autres wilayas" (préfectures) à Alger, a déclaré dans un discours le général Gaïd Salah.

A cette fin, il a appelé à "l'application rigoureuse des réglementations en vigueur, y compris l'interpellation" et la saisie "des véhicules et des autocars utilisés", ainsi que la délivrance d'"amendes à leurs propriétaires".

Dans ce discours prononcé à Tamanrasset, dans l'extrême sud, le général Gaïd Salah a motivé sa démarche par l'existence de "certaines parties (...) aux intentions malveillantes, (qui) font de la liberté de déplacement un prétexte pour justifier leur dangereux comportement", lequel "consiste à créer tous les facteurs qui perturbent la quiétude des citoyens".

Ces "parties", non identifiées, drainent "chaque semaine des citoyens issus de différentes wilayas (préfectures) du pays vers la capitale afin d'amplifier les flux humains dans les places publiques, avec des slogans tendancieux qui n'ont rien d'innocent", a argué Ahmed Gaïd Salah.

"Leur véritable objectif est d'induire l'opinion publique nationale en erreur avec ces moyens trompeurs pour s'autoproclamer fallacieusement comme les porte-voix du peuple algérien", a-t-il ajouté.

Depuis bientôt sept mois, l'Algérie --en particulier Alger-- est le théâtre chaque vendredi de manifestations contre le pouvoir. Celles-ci ont abouti à la démission du président Abdelaziz Bouteflika début avril, et elles se poursuivent avec parmi ses mots d'ordre le départ de l'ensemble du "système" au pouvoir.

L'annonce du chef d'état-major de l'armée intervient trois jours après l'annonce d'une nouvelle date pour la tenue d'une présidentielle, le 12 décembre.

Une précédente tentative d'organiser ce scrutin, le 4 juillet, avait échoué, faute de candidat et face au refus obstiné de la contestation, dont les manifestations se sont poursuivies sans le moindre signe d'essoufflement.

Le mouvement ("Hirak") rejette la tenue d'une élection avec le gouvernement actuel. Il réclame le démantèlement de l'appareil hérité des 20 ans de présidence Bouteflika ainsi que la mise en place d'institutions de transition, ce que refuse le pouvoir.

Ce mardi, comme chaque semaine, les étudiants ont manifesté pour la 30e semaine consécutive, en exprimant leur opposition persistance à la tenue d'une élection présidentielle.

Les manifestations étaient officiellement interdites à Alger depuis 2001 lorsque la contestation a subitement éclaté, le 22 février, face à la perspective d'un cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika.

Publié le 18/09/2019 04:35