En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

02.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 3 min 7 sec
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 4 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 7 heures 5 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 9 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 9 heures 51 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 10 heures 8 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 10 heures 38 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 10 heures 57 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 11 heures 10 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 46 min 11 sec
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 5 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 9 heures 40 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 10 heures 31 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 10 heures 52 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 11 heures 9 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 11 heures 44 min
Paris, 17 sept 2019 (AFP) - La censure exercée depuis le début du XIXe siècle sur les lectures pour enfants, des romans aux illustrés, n'a jamais cessé mais a souvent changé de camp en invoquant des motifs très divers: une exposition passionnante le montre à la Bibliothèque nationale de France.

"Personne, dès lors qu'il s'agit des lectures des enfants, ne peut dire qu'il n'y a rien à dire" et "la censure ne se situe pas forcément où l'on pense qu'elle est", souligne à l'AFP Marine Planche, commissaire de cette exposition accrochée au long de l'allée Julien-Caïn, jouxtant la Bibliothèque François-Mitterrand.

Cet accrochage, qui aligne 120 publications --affiches, pages de BD, couvertures de livres, articles-- a le mérite d'avoir montré la vivacité, le caractère passionnel et la complexité des avis.

"Ne les laissez pas lire. Polémiques et livres pour enfants", jusqu'au 1er décembre, démarre avec le livre de 1904 de l'abbé Bethléem (1869-1940) "Romans à lire et romans à proscrire".

À l'intention des familles catholiques, il sera maintes fois réédité et vendu à des centaines de milliers d'exemplaires, en France, en Belgique et jusqu'au Québec. L'ouvrage sera le principal inspirateur de la loi du 16 juillet 1949 qui encadre encore aujourd'hui les publications pour la jeunesse grâce à une commission de surveillance.

La violence d'une part, et le corps et la sexualité d'autre part, sont les deux sujets sur lesquels la censure sera constamment en garde, souligne la commissaire. Jusqu'à l'époque récente, où des livres comme "Tango a deux papas" qui évoquent l'homoparentalité, ont fait polémique dans le contexte du mariage gay et de la Manif pour tous.

Selon ses membres et selon les sujets et les époques (Mai 68, avant, après), cette commission se montrera plus ou moins souple.

Les BD, notamment étrangères, ont été souvent censurées, quand elles étaient jugées vulgaires, "démoralisantes", "indigentes", voire "sataniques" quand elles évoquaient la magie. Des BD, notamment américaines, ont été condamnées comme violentes, jugées responsables de la délinquance juvénile.

Parfois une image a dû être retirée d'une planche, même dans le très pédagogique et sage "Max et Lili". Récemment "Le Petit Chaperon Rouge", jugé sexiste, était retiré d'une bibliothèque à Barcelone.

Pendant la guerre et avant, la censure s'était accrue sur les ouvrages dont les auteurs étaient juifs.

Après-guerre, souligne l'historien Jean-Yves Mollier, "croyants ou non croyants sortant de la Résistance partageaient les mêmes principes moraux". L'épouse d'Aragon, Elsa Triolet, prononce en 1949 un discours très virulent sur la nécessaire protection de la jeunesse.

Pour la pédiatre Françoise Dolto, la priorité était de "protéger" les enfants: "Écrite et choisie par les adultes, la littérature enfantine échappe au jugement de ses jeunes consommateurs. Ces derniers sont à la merci des +livres pour enfants+ présumés inoffensifs, voire éducatifs".

Pour la bibliothécaire Geneviève Patte, spécialiste de ces questions, "le danger est bien plus dans ce qui est faux, mièvre et ennuyeux que dans ce qui est trop fort dans sa vérité. Ne craignons pas trop vite de traumatiser les enfants".

Publié le 17/09/2019 04:27