En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

03.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

04.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

07.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

05.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

06.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

ça vient d'être publié
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 10 min 38 sec
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 1 heure 27 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 2 heures 26 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 2 heures 53 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 4 heures 27 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 16 heures 30 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 19 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 22 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 22 heures 56 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 23 min 59 sec
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 2 heures 11 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 4 heures 50 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 17 heures 41 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 20 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 22 heures 29 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 1 jour 51 min
Paris, 11 sept 2019 (AFP) - La justice française a rejeté mercredi une demande de remise en liberté de Josu Ternera, l'un des plus influents chefs de l'organisation séparatiste basque ETA, réclamé par la justice espagnole depuis son arrestation en France à la mi-mai.

La chambre d'instruction de la Cour d'appel de Paris avait été saisie par les avocats de M. Ternera, 69 ans, qui souhaitaient obtenir le placement sous contrôle judiciaire de leur client, visé par plusieurs mandats d'arrêts européens et demandes d'extradition.

Le rejet de cette demande est une "décision politique", a réagi auprès de l'AFP l'une des avocates, Me Laure Heinich-Luijer, pour qui les arguments soulevés devant la Cour "auraient dû permettre une remise en liberté". "On va faire un pourvoi en cassation", a-t-elle annoncé.

La Cour d'appel, saisie par les mêmes avocats, avait ordonné le 19 juin la remise en liberté de Josu Ternera, de son vrai nom Josu Antonio Urrutikoetxea Bengoetxea, alors placé en détention provisoire dans le cadre d'un mandat d'arrêt français.

Mais le leader indépendantiste avait été de nouveau arrêté à sa sortie de prison, à la demande du parquet général, en vertu cette fois d'une demande d'extradition notifiée par la justice espagnole.

Au cours de l'audience de mercredi, les avocats de Josu Ternera ont invoqué des manquements dans la procédure, mais aussi l'état de santé jugé fragile du leader indépendantiste, pour justifier sa remise en liberté.

"Le parquet général a décidé de l'interpeller en urgence pour faire échec à une décision de mise en liberté qui avait été ordonnée par des juges indépendants", a déploré l'un d'eux, Me Laurent en dénonçant un "détournement de procédure".

Après plus de 16 ans de cavale, Josu Antonio Urrutikoetxea Bengoetxea avait été interpellé le 16 mai à Sallanches (Savoie) alors qu'il se rendait à l'hôpital pour se faire opérer. Selon les médias espagnols, il souffrirait d'un cancer. Il a été opéré début septembre à Paris.

"Il est souffrant, il est angoissé. Lorsqu'il a été interpellé, au mois de mai, le médecin qui l'a vu a clairement dit qu'une opération devait avoir lieu dans les semaines qui suivaient. Il s'est passé quatre mois avant que cette opération ait eu lieu", a ajouté Me Pasquet-Marinacce.

"A aucun moment, il n'y a eu détournement de procédure, manipulation", a répondu l'avocat général, estimant que ce dossier a été traité de manière "transparente".

Le leader indépendantiste est sous le coup d'un mandat d'arrêt européen émis par l'Espagne pour des "crimes de lèse-humanité" commis entre octobre 2004 et décembre 2007.

Il fait également l'objet de deux demandes d'extradition émises par Madrid, pour ses implications présumées dans un attentat contre une caserne de la garde civile espagnole qui avait fait 11 morts en 1987 à Saragosse (nord), et dans l'assassinat en 1980 d'un cadre du groupe Michelin en Espagne.

Une audience concernant l'une de ces demandes est prévue le 16 octobre devant la Cour d'appel de Paris.

La justice française doit par ailleurs encore examiner les recours qu'il a formés contre ses deux condamnations par défaut à sept et huit ans de prison par le tribunal correctionnel de Paris en 2010 et 2017, quand il était en fuite.

Josu Ternera, chef de l'ETA (Euskadi Ta Askatasuna) de 1977 à 1992, a été tour à tour l'inspirateur d'une stratégie d'attentats meurtriers puis le promoteur de négociations de paix avec l'État espagnol, avant d'être écarté de la direction du groupe en 2006.

Publié le 11/09/2019 09:13