En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Défense
Théâtre des opérations
Des combattants syriens djihadistes seraient présents au Karabakh, selon Emmanuel Macron
il y a 4 heures 33 min
pépites > Santé
Stratégie contre le virus
Coronavirus : la région parisienne pourrait passer en "alerte maximale" dès lundi, selon Olivier Véran
il y a 5 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Joaquin Sorolla. Lumières espagnoles" : "Petit fils de Velázquez, fils de Goya", Sorolla enfin connu et reconnu en France

il y a 6 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Laëtitia" de Jean-Xavier de Lestrade : hymne à la vie

il y a 6 heures 52 min
pépites > Défense
Chemin de la paix
Haut-Karabakh : Emmanuel Macron, Vladimir Poutine et Donald Trump appellent à un cessez-le-feu immédiat
il y a 9 heures 19 min
décryptage > Défense
Budget

L’absence de plan de relance pour la Défense est une faute

il y a 12 heures 20 min
décryptage > Economie
Chiffres

Ordre de grandeur : les retraites des fonctionnaires représentent un montant supérieur au budget de l’Education nationale

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Economie
Effets d'aubaine

Diriger l’épargne des Français vers les PME : cette vieille lune qui exempte banques et fonds d’investissement de leurs responsabilités

il y a 13 heures 59 min
décryptage > Politique
Chronique résolument féminine

Deux brunes et une blonde lorgnent vers l’Elysée

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Fortnite part à l’attaque de Google et de Apple et sonne l’heure de la révolte contre les GAFA

il y a 15 heures 29 min
light > High-tech
Mise à jour
Microsoft : une panne mondiale affecte la messagerie Outlook
il y a 4 heures 56 min
pépites > Politique
Sénatoriales
Gérard Larcher est réélu président du Sénat
il y a 5 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Cinéma "écolo" : plus écolo, tu meurs. Certains films dans la nature sont un régal, quelques uns à classer parmi les pépites (mais pas tous)

il y a 6 heures 38 min
pépites > International
Novitchok
Alexeï Navalny accuse Vladimir Poutine d'avoir commandité son empoisonnement
il y a 7 heures 49 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron veut se débarrasser de LREM, Marine Le Pen se repositionner comme une gentille maman; Schiappa agace l’Elysée, le Covid le déboussole; Les écolos ? Des Hitler du bien pour Depardieu
il y a 11 heures 20 min
décryptage > Politique
Atteinte aux libertés

Loi Avia : retoquée en France, recyclée à Bruxelles

il y a 12 heures 39 min
décryptage > Santé
Impact de la maladie

Alzheimer est aussi un défi économique pour la société mais personne ne semble comprendre pourquoi il est essentiel de s’en préoccuper

il y a 13 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
Les Républicains
Bruno Retailleau est favorable au passage aux 37 heures
il y a 14 heures 10 min
décryptage > Environnement
Virus des forêts

Epidémies à tous les étages : les virus qui s’attaquent aux forêts sont en nette augmentation à travers la planète

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Politique
Nouvelles restrictions

Covid-19 : ce que le gouvernement devrait faire d’urgence pour sauver la crédibilité de la parole publique

il y a 15 heures 40 min
Paris, 11 sept 2019 (AFP) - La Cour de cassation a rejeté mercredi un recours de deux Américains sommés par la justice, en vertu d'une loi de 1945, de restituer un tableau de Pissarro aux descendants d'un collectionneur juif spolié sous l'Occupation.

Destinée à permettre aux victimes de spoliations de récupérer leurs biens, l'ordonnance du 21 avril 1945 était attaquée par les époux Toll, qui depuis deux ans sont engagés dans une bataille judiciaire en France autour d'une toile peinte en 1887 par l'impressionniste Camille Pissaro, "La Cueillette".

Ces grands collectionneurs américains avaient acquis "La Cueillette" pour 800.000 dollars chez Christie's à New York, en 1995.

Face à eux, les descendants de Simon Bauer, un industriel amateur d'art né en 1862, spolié de ses oeuvres sous l'Occupation, avaient perdu la trace de la toile jusqu'à ce qu'ils la retrouvent exposée au musée parisien Marmottan Monet début 2017, prêtée par les époux Toll dans le cadre d'une rétrospective.

Fin 2017, puis en appel en octobre 2018, la justice française a ordonné aux Américains de restituer la gouache à la famille Bauer, en s'appuyant sur l'ordonnance du 21 avril 1945.

Les époux Toll, qui ont toujours invoqué leur "bonne foi" et soutenu qu'ils ne pouvaient deviner l'histoire du tableau en l'achetant chez Christie's cinquante ans après la fin de la guerre, se sont pourvus en cassation et avaient déposé à l'appui de ce pourvoi une Question prioritaire de constitutionnalité (QPC) visant ce texte.

Ils souhaitaient que le Conseil constitutionnel soit saisi de deux articles de l'ordonnance, qu'ils estimaient contraires à leur droit de propriété et aux droits de la défense.

L'ordonnance stipule notamment que "l'acquéreur ou les acquéreurs successifs sont considérés comme possesseurs de mauvaise foi au regard du propriétaire dépossédé", sans limite de temps, et prévoit la restitution du bien à la personne spoliée.

La Cour de cassation a rejeté leur QPC, les magistrats rappelant notamment que les acquéreurs ultérieurs d'un bien reconnu spolié, "même de bonne foi, ne peuvent prétendre en être devenus légalement propriétaires".

L'ordonnance de 1945, instaurée "pour protéger le droit de propriété des propriétaires légitimes", ne prive pas pour autant de voies de recours les Américains et donc ne porte pas atteinte à leur droit à une procédure équitable, ont estimé les juges.

Lors de l'audience, mardi, l'avocat général s'était prononcé contre une saisine des "Sages". Il avait souligné que des recours restent possibles pour les Toll, par exemple contre le vendeur.

Les Américains, "qui étaient très attachés à ce tableau, sont évidemment déçus", a commenté leur avocat, Ron Soffer. "Néanmoins, ils sont satisfaits que toutes les décisions rendues dans ce dossier fassent avancer le droit relatif aux biens spoliés pendant la guerre", a-t-il ajouté.

"Les descendants de Simon Bauer se réjouissent que la justice française reconnaisse, pour la troisième fois, que c'est légitimement qu'ils demandent la restitution d'une oeuvre confisquée à Simon Bauer en 1943 par le régime de Vichy", a réagi leur défenseur, Cédric Fischer, dans un communiqué.

La Cour de cassation doit désormais examiner le pourvoi des Américains sur le fond. La date de l'audience n'est pas encore connue.

En attendant l'issue du litige, le tableau reste sous séquestre.

Publié le 11/09/2019 05:43