En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 1 heure 30 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 8 heures 57 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 11 heures 38 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 14 heures 33 sec
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 15 heures 29 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 16 heures 18 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 1 heure 49 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 9 heures 24 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 13 heures 48 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 14 heures 2 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 14 heures 49 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 15 heures 21 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 15 heures 37 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 16 heures 4 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 16 heures 55 min
Rio de Janeiro, 26 août 2019 (AFP) - Le président brésilien Jair Bolsonaro a endossé dimanche sur Facebook un commentaire offensant pour la première Dame Brigitte Macron, tandis qu'un de ses ministres traitait le chef de l'Etat français Emmanuel Macron de "crétin opportuniste".

Ces attaques inédites marquent une très nette escalade dans les tensions entre Brasilia et Paris, avivées ces derniers jours par les pressions exercées par la France, qui recevait un sommet du G7, sur Jair Bolsonaro pour qu'il agisse contre les dramatiques incendies en Amazonie.

M. Bolsonaro a réagi à un post qui se moquait du physique de la première Dame française - apparaissant sur une photo désavantageuse - en le comparant à celui de Michelle Bolsonaro (37 ans), rayonnante le jour de l'investiture de son mari.

"Vous comprenez maintenant pourquoi Macron persécute Bolsonaro?", lit-on à côté de photos des deux couples présidentiels. "C'est la jalousie (...) de Macron, je parie", écrit l'internaute, Rodrigo Andreaça.

"N'humilie pas le type - MDR ("mort de rire"), a répondu en commentaire le président Bolsonaro en référence à son homologue français.

Interrogé par l'AFP sur le fait de savoir si ce post avait été publié par le chef de l'Etat lui-même, un porte-parole du palais présidentiel de Planalto a simplement répondu: "Nous ne faisons pas de commentaire".

Dimanche également, Emmanuel Macron a été copieusement insulté sur Twitter par le ministre brésilien de l'Education.

"Macron n'est pas à la hauteur de ce débat (sur l'Amazonie, ndlr). C'est juste un crétin opportuniste qui cherche le soutien du lobby agricole français", a écrit le ministre Abraham Weintraub, en référence à l'opposition du président français à l'accord de libre-échange UE-Mercosur.

Le terme utilisé en portugais ("calhorda"), très loin des usages diplomatiques, n'a pas d'exact équivalent en français mais se trouve à la croisée de "tricheur", "crétin" et "connard".

"La France est un pays d'extrêmes. Elle a produit des hommes comme Descartes ou Pasteur, mais aussi les volontaires de la Waffen SS Charlemagne", écrit M. Weintraub en référence à la Division Charlemagne du régime nazi intégrée par des engagés volontaires français.

Au milieu d'une rafale de tweets, le ministre de l'Education poursuit: "Ils ont choisi un président sans caractère" et "il faut attaquer ce crétin de Macron".

- Affront diplomatique -

Olavo de Carvalho, écrivain et "gourou" de Jair Bolsonaro, exilé aux Etats-Unis, a de son côté forgé sur Twitter le nom de "Macrocon", au moment où la sphère bolsonariste se déchaîne contre le président français.

Le fils de Jair Bolsonaro, Eduardo -- député fédéral et possible prochain ambassadeur du Brésil à Washington -- avait retweeté vendredi une vidéo de violentes manifestations de gilets jaunes en France avec le texte: "Macron est un idiot".

L'Amazonie a jeté de l'huile sur le feu d'une relation franco-brésilienne qui s'est tendue après l'arrivée au pouvoir à Brasilia du président d'extrême droite.

Jair Bolsonaro avait infligé un affront diplomatique fin juillet au ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, en visite à Brasilia, en annulant leur rencontre.

Il avait posté sur Facebook un direct dans lequel on le voyait se faire couper les cheveux à l'heure prévue du rendez-vous, qui avait été annulé "pour des questions d'agenda".

M. Le Drian, qui avait apparemment eu le tort de rencontrer des ONG brésiliennes souvent hostiles à Jair Bolsonaro, avait ironisé sur cette "urgence capillaire".

Ces derniers jours, à propos de l'Amazonie, Jair Bolsonaro a accusé M. Macron d'avoir une "mentalité colonialiste" tandis que celui-ci l'accusait d'avoir "menti" sur ses engagements climatiques.

Publié le 26/08/2019 02:18