Montréal, 14 août 2019 (AFP) - Le Premier ministre Justin Trudeau a affirmé mercredi qu'il assumait "la responsabilité" de ses "erreurs", tout en critiquant certaines conclusions d'un rapport l'accusant d'avoir violé la loi sur les conflits d'intérêt dans une procédure judiciaire.

"J'assume la responsabilité des erreurs que j'ai faites", a déclaré M. Trudeau lors d'une conférence de presse, quelques heures après la publication d'un rapport du Commissaire à l'éthique l'accusant de violation de codes d'éthique pour avoir fait pression sur son ex-ministre de la Justice. "Même si je suis en désaccord avec certaines de ses conclusions, j'accepte pleinement ce rapport et assume la responsabilité de ce qui s'est passé".

"Nous ferons en sorte que cela ne se reproduise plus jamais sous aucun gouvernement au Canada", a-t-il poursuivi.

Le rapport, rédigé par un haut-fonctionnaire indépendant relevant du Parlement, risque de relancer la polémique sur un scandale qui a secoué le gouvernement libéral de Justin Trudeau en début d'année.

Le Premier ministre canadien et son entourage avaient été plongés en février dans la pire crise politique de son mandat après avoir été accusés par l'ex-ministre de la Justice et procureure générale Jody Wilson-Raybould d'avoir exercé sur elle des pressions "inappropriées" pour éviter un procès au géant de l'ingénierie SNC-Lavalin, ce qu'elle a refusé de faire.

"Là où je ne suis pas d'accord, c'est sur sa conclusion que tout contact avec la procureure générale sur cette question était nécessairement inapproprié", a estimé M. Trudeau.

"Je ne peux pas m'excuser de défendre les emplois canadiens car cela fait partie de ce que les Canadiens attendent de moi. Ils s'attendent aussi à ce que je défende nos institutions et, comme le commissaire à l'éthique l'a souligné, ces deux éléments sont entrés en conflit d'une façon malheureuse dont j'assume l'entière responsabilité", a déclaré le Premier ministre.

"Les Canadiens comprennent que nous devons être vigilants à l'égard de ceux qui veulent abuser du pouvoir de leur poste et se livrer à ce genre de comportement corrompu, et je crois que ce sera une priorité lors de cette élection", a pour sa part estimé Andrew Scheer, chef du parti conservateur et rival de M. Trudeau pour les élections législatives d'octobre.

Publié le 14/08/2019 10:12
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

04.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

05.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

Balance ton port : les Marseillais veulent-ils couler leurs gros bateaux ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

06.

Affaire Jeffrey Epstein : cette épidémie de suicides dans les prisons françaises qu'il serait également bon d'interroger

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?