Buenos Aires, 14 août 2019 (AFP) - Le président argentin, le libéral Mauricio Macri, a annoncé mercredi une hausse du salaire minimum, des primes ponctuelles, des réductions d'impôts et le gel des prix de l'essence durant trois mois peu après sa lourde défaite aux primaires.

Ce test électoral, qui s'est déroulé dimanche, est considéré comme une répétition générale avant le scrutin présidentiel du 27 octobre.

Destinées aux classes moyennes, ces mesures visent à "donner un coup de pouce aux Argentins", a déclaré le chef de l'Etat, qui brigue un nouveau mandat, lors d'un discours télévisé avant l'ouverture des marchés.

"Ce que je vous ai demandé était très difficile, c'était comme d'escalader l'Aconcagua", a reconnu Macri à propos des efforts demandés aux Argentins depuis son arrivée au pouvoir.

"Vous êtes éprouvés et fatigués. Arriver à la fin du mois est devenu une tache impossible, beaucoup de familles ont dû réduire leurs dépenses", a poursuivi le président.

Parmi le paquet de mesures annoncées, figure une hausse du salaire minimum, qui se situe actuellement à 12.500 pesos (190 euros), dont le montant n'a pas été précisé.

Une aide sociale extraordinaire de 2.000 pesos (30 euros) sera aussi versée aux employés et une autre de 5.000 pesos (76 euros) aux fonctionnaires et aux forces de sécurité.

Une réduction d'impôts sur le revenu est également mise en place pour les salariés.

Les petites et moyennes entreprises pourront étaler sur 10 ans le remboursement de leur dette auprès des impôts et le prix de l'essence sera gelé durant 90 jours.

Ces annonces concernent "17 millions de travailleurs et leurs familles ainsi que toutes les petites et moyennes entreprises", a-t-il ajouté.

Mauricio Macri espère ainsi combler son retard avant le scrutin et calmer la grogne sociale dans ce pays englué dans la récession.

Mercredi matin à l'ouverture, le peso argentin perdait 4,02%. Il s'échangeait à 60,77 pesos pour un dollar.

Alberto Fernandez, un péroniste modéré, et sa colistière Cristina Kirchner, l'ancienne présidente de centre-gauche inculpée dans plusieurs affaires de corruption, ont obtenu dimanche 47% des suffrages aux primaires, contre 32% pour le tandem composé de Mauricio Macri et du dirigeant péroniste Miguel Angel Pichetto.

Si un tel résultat se confirmait lors de la présidentielle du 27 octobre, M. Fernandez, 60 ans, serait proclamé vainqueur dès le premier tour: selon la loi électorale, pour être élu, il faut obtenir au moins 45% des suffrages ou 40% et une avance de 10 points sur le deuxième.

Publié le 14/08/2019 04:28
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

La guerre des changes aura lieu

07.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?