Londres, 14 août 2019 (AFP) - Le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson a dénoncé mercredi une "collaboration terrible" entre des élus de son pays et l'Union européenne, qui l'empêche selon lui de renégocier l'accord de Brexit.

"Il y a une collaboration terrible en cours entre les gens qui pensent qu'ils peuvent bloquer le Brexit au Parlement et nos amis européens", a-t-il déclaré lors d'une session en direct de questions-réponses avec des internautes sur Facebook.

"Nos amis européens ne bougent pas (...) Ils ne font aucun compromis sur l'accord de retrait, même s'il a été rejeté trois fois" par le Parlement britannique, a-t-il souligné lors de son intervention d'une quinzaine de minutes, visionnée par près de 7.500 internautes connectés. "Ils s'en tiennent à chaque lettre, à chaque virgule de l'accord (...) car ils pensent que le Brexit peut être bloqué au Parlement".

"Plus ça va, plus il est probable que l'on soit forcé de partir avec un Brexit sans accord", a-t-il estimé.

Le chef de gouvernement, qui a succédé à Theresa May le 24 juillet, a assuré que le Royaume-Uni quitterait l'UE le 31 octobre, jour prévu du Brexit, qu'il ait réussi ou non à renégocier l'accord conclu entre l'ancienne Première ministre et Bruxelles.

Il n'a pas écarté la possibilité de suspendre le Parlement en octobre pour empêcher les députés de bloquer une sortie sans accord.

Mais ce scénario rencontre une forte opposition. "S'il y a une tentative de contourner, d'outrepasser ou - que Dieu nous en préserve ! - de suspendre le Parlement (...) je me battrai de toutes mes forces pour l'empêcher", a déclaré mardi soir John Bercow, président de la Chambre des communes.

L'ex-ministre des Finances Philip Hammond a aussi prévenu qu'un Brexit sans accord "serait une trahison du résultat du référendum de 2016", qui a vu le oui en faveur du divorce avec l'Union européenne l'emporter à 52%.

"Prétendre que les électeurs favorables à une sortie de l'UE ont voté pour un Brexit dur sans accord est un travestissement de la vérité", a-t-il écrit dans une tribune publiée mercredi dans le journal The Times.

Lors de la campagne du référendum, les conditions du divorce n'avaient pas fait l'objet de débats.

Publié le 14/08/2019 02:37
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

La guerre des changes aura lieu

07.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?