Muzaffarabad (Pakistan), 14 août 2019 (AFP) - Le Pakistan répondra à toute agression de l'Inde dans sa partie du Cachemire, a averti mercredi le Premier ministre pakistanais Imran Khan, les deux pays s'étant déjà livré trois guerres, dont deux autour du Cachemire, un territoire montagneux majoritairement peuplé de musulmans.

"L'armée pakistanaise dispose d'informations solides selon lesquelles ils ont l'intention de faire quelque chose au Cachemire pakistanais", a déclaré M. Khan lors d'un discours à Muzaffarabad, la capitale du Cachemire pakistanais.

"Nous avons décidé que si l'Inde commet une violation, nous nous battrons jusqu'au bout", a-t-il ajouté. "Le moment est venu de vous donner une leçon".

Le changement de ton est très fort côté pakistanais, alors que le ministre des Affaires étrangères Shah Mehmood Qureshi avait déclaré jeudi dernier que son pays "(n'envisageait) pas l'option militaire".

"Nous examinons plutôt des options politiques, diplomatiques et juridiques", avait-il ajouté.

Ces tensions entre les deux voisins et puissances nucléaires sont des plus élevées après que l'Inde a révoqué il y a dix jours l'autonomie constitutionnelle de la partie du Cachemire qu'elle contrôle et qu'Islamabad revendique.

Les nationalistes hindous ont également fait voter par le Parlement la dislocation de la région, qui sera désormais formée de deux entités administratives distinctes, le Jammu-et-Cachemire et le Ladakh.

La mesure, explosive, qui vise à placer sous une tutelle plus directe de New Delhi cette région rebelle, a été qualifiée d'"illégale" par le Pakistan, les deux pays se disputant le Cachemire depuis leur partition en 1947 au terme de la colonisation britannique.

Depuis le 4 août, le Cachemire indien vit ainsi coupé du monde.

Un black-out des communications et de fortes restrictions de circulation ont été imposés par les autorités indiennes.

Redoutant des manifestations de masse dans un territoire où une insurrection séparatiste a fait 70.000 morts depuis 1989, New Delhi y a également déployé des dizaines de milliers de soldats supplémentaires.

D'après le gouverneur de l'Etat du Jammu-et-Cachemire, le couvre-feu imposé au Cachemire sous contrôle indien sera toutefois assoupli après la fête nationale de l'Indépendance jeudi, même si téléphone et internet resteront coupés.

Dimanche, Imran Khan avait comparé l'inaction de la communauté internationale face aux événements se déroulant au Cachemire au silence ayant entouré la montée du nazisme et l'émergence d'Hitler en Allemagne dans les années 1930.

Publié le 14/08/2019 01:52
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

La guerre des changes aura lieu

07.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)