Clermont-Ferrand, 14 août 2019 (AFP) - Une information judiciaire pour "homicides involontaires" a été ouverte après la mort de trois adolescents tués en 2015 dans l'explosion de produits chimiques à Bas-en-Basset (Haute-Loire), alors que la justice avait initialement classé l'affaire, a indiqué mercredi l'avocat des familles.

"A la suite de la plainte avec constitution de partie civile que nous avons déposée en avril, un juge d'instruction a été saisi et une information judiciaire a été ouverte", a expliqué Gilles-Jean Portejoie, confirmant une information de France 3.

"Les familles sont satisfaites. Elles veulent connaître la vérité et demandent que la justice se donne les moyens de découvrir cette vérité. Elles ne sont pas satisfaites de ce qui a été fait jusqu'à présent", a-t-il ajouté.

"Une nouvelle instruction est bien ouverte sur plainte avec constitution de partie civile", a confirmé à l'AFP le procureur de la République du Puy-en-Velay, Nicolas Rigot-Muller. Mais il a assuré ne pas "avoir connaissance de faits nouveaux qui établiraient l'existence d'une faute ou l'implication d'un tiers".

"Je comprends l'insatisfaction ressentie par la famille et les proches des victimes, puisque des zones d'ombre subsistent sur le déroulement des faits". Toutefois "en l'absence d'éléments permettant d'impliquer un tiers dans la survenance de l'explosion, j'avais procédé à un classement sans suite de la procédure", a-t-il rappelé.

Le 13 juin 2015, trois adolescents de 14 à 16 ans avaient été tués dans une explosion de produits chimiques, alors qu'ils jouaient dans une maison abandonnée. Un quatrième, grièvement blessé, avait survécu.

L'unique survivant avait remis en cause la thèse des enquêteurs selon laquelle la bande d'amis préparait des fumigènes et des explosifs pour jouer à l'airsoft, un jeu de simulation de combat cousin du paintball.

Selon lui, les quatre adolescents auraient découvert sur les lieux un sac contenant des produits chimiques. Deux de ses camarades s'en seraient alors approchés et l'explosion serait survenue à ce moment-là.

Publié le 14/08/2019 01:44
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

04.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

05.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

Balance ton port : les Marseillais veulent-ils couler leurs gros bateaux ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

06.

Affaire Jeffrey Epstein : cette épidémie de suicides dans les prisons françaises qu'il serait également bon d'interroger

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?