Nice, 14 août 2019 (AFP) - Deux enquêtes ont été ouvertes après une interpellation mardi soir à Draguignan, au cours de laquelle deux fuyards ont été blessés par des tirs de policiers qu'ils auraient tenté de percuter en voiture, a-t-on appris mercredi de source policière et judiciaire.

Au total, les policiers ont tiré à cinq reprises sur la voiture des fuyards, a précisé à l'AFP le procureur adjoint de Draguignan, Pierre Arpaia. Le conducteur, âgé de 50 ans, sans permis et "très défavorablement connu, pour des faits criminels extrêmement graves" a été touché à l'épaule et la passagère de 48 ans a été touchée à la machoire.

Les policiers leur ont "prodigué les premiers secours" puis ils ont été hospitalisés mais leurs jours ne sont pas en danger, a-t-il précisé. Ils doivent encore subir des examens avant une éventuelle garde à vue et n'ont donc pas encore été entendus.

Selon les premiers éléments recueillis par le parquet, avant ces tirs, une patrouille de police composée de trois fonctionnaires avait été appelée par une épicière importunée par le couple.

Arrivés sur place, les policiers ont voulu contrôler leur voiture. "A cet instant, le conducteur effectuait une marche arrière à vive allure, heurtant un véhicule 4X4 circulant sur le boulevard. Les policiers, au vu du comportement dangereux de l'automobiliste, se portaient à sa hauteur, lui enjoignant de ne plus bouger tout en sortant leur arme de service", relate le parquet dans un communiqué.

"Le conducteur, refusant d'obtempérer aux sommations des policiers, engageait alors une brusque marche avant vers les policiers, contraignant le chef d'équipage et l'adjoint de sécurité à l'ouverture du feu", poursuit-il.

Les fuyards blessés ont malgré tout réussi à s'échapper, heurtant la voiture de police "qui tentait de leur barrer le passage" et une course-poursuite s'est engagée dans les rues de Draguignan, jusqu'à leur interpellation à l'entrée de la ville, trois kilomètres plus loin. Selon une source policière, les deux fuyards étaient ivres lors des faits. Les cinq tirs ont été effectués en direction du pare-brise, selon cette source.

Le procureur a ouvert deux enquêtes : l'une concernant les faits reprochés aux fuyards, l'autre, confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), "aux fins de déterminer les conditions d'usage des armes de service par les deux policiers", comme il est d'usage lorsque les forces de l'ordre tirent.

Publié le 14/08/2019 01:14
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

04.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

05.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

Balance ton port : les Marseillais veulent-ils couler leurs gros bateaux ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

06.

Affaire Jeffrey Epstein : cette épidémie de suicides dans les prisons françaises qu'il serait également bon d'interroger

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?