New York, 13 août 2019 (AFP) - Les groupes américains Viacom et CBS ont annoncé mardi leur fusion, créant un des tous premiers groupes mondiaux du cinéma et de la télévision au chiffre d'affaires de 28 milliards de dollars, selon un communiqué conjoint.

La fusion, qui se fera par échange d'actions, donne naissance à ViacomCBS, qui "occupe des positions de leader aux Etats-Unis, en Europe, en Amérique latine et en Asie", souligne le communiqué.

La nouvelle société possédera notamment le premier groupe de télévision aux Etats-Unis, par diffusion hertzienne ou câblée, ainsi que les studios de cinéma Paramount et la maison d'édition Simon & Schuster.

Cette opération reconstitue une entité qui existait jusqu'en 2006, avant que la holding contrôlant les deux groupes, National Amusements, ne décide de les séparer.

Elle intervient au moment où le paysage audiovisuel américain se transforme radicalement, les acteurs "traditionnels", (télévisions, studios, câblo-opérateurs) devant affronter la montée en puissance de géants d'internet comme Netflix, Amazon Prime Video ou Apple TV.

Le nouveau groupe sera dirigé par Bob Bakish, l'actuel patron de Viacom.

Selon lui, la combinaison des actifs et compétences de CBS et Viacom permet de créer "l'une des rares entreprises aux contenus et à la portée suffisamment vastes et variés pour façonner l'avenir de notre secteur".

Les deux sociétés mettent notamment en avant le fait que, réunies, elles seront dotées d'une capacité financière encore plus importante pour investir dans de nouveaux contenus et de nouvelles technologies.

En plus de leurs catalogues existants, de plus de 140.000 émissions télévisées et 3.600 films, elles ont ainsi dépensé 13 milliards de dollars en nouveaux contenus au cours des douze derniers mois.

La fusion doit se conclure d'ici la fin de l'année si elle obtient le feu vert des autorités concernées, en particulier celles de la concurrence. Selon ses termes, les actionnaires actuels de CBS posséderont 61% de la nouvelle entité et ceux de Viacom 39%.

jum/vog/leo

CBS CORPORATION

VIACOM

APPLE INC.

NETFLIX

AMAZON.COM

Publié le 13/08/2019 09:05
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

La guerre des changes aura lieu

07.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?