Paris, 24 juil 2019 (AFP) - Le groupe d'ingénierie pétrolière TechnipFMC a annoncé mardi avoir remporté un contrat "majeur" de 7,6 milliards de dollars auprès du numéro deux du gaz russe, le groupe privé Novatek, pour trois terminaux gaziers en Sibérie occidentale.

Ce contrat porte "sur l'ingénierie, la fourniture des équipements et la construction auprès de Novatek et de ses partenaires" dans le cadre du projet de gaz naturel liquéfié Arctic LNG 2, a indiqué le groupe franco-américain dans un communiqué.

Le contrat, "d'une valeur consolidée" de 7,6 milliards de dollars représente plus de la moitié du chiffre d'affaires réalisé par le groupe en 2018 (12,6 milliards de dollars). A la fin de l'année dernière, il affichait un carnet de commandes de 14,6 milliards de dollars.

"Le projet comprendra trois trains de gaz naturel liquéfié (GNL), d'une capacité de 6,6 millions de tonnes par an (mtpa) chacun et qui seront installés sur trois plateformes gravitaires en béton", a ajouté le groupe franco-américain.

"Ce projet est une reconnaissance du savoir-faire et des compétences de nos équipes, ainsi que de leur capacité à mener à bien les projets les plus ambitieux et innovants", s'est félicité Nello Uccelletti, président des activités Onshore/Offshore de TechnipFMC, cité dans le communiqué.

"Il confirme aussi le leadership de TechnipFMC tant sur le marché du GNL que dans la transition de l'industrie mondiale de l'énergie", a-t-il ajouté.

Le groupe précise qu'il réalisera ce projet "sur une base clé en main et remboursable".

Arctic LNG 2 est situé sur la péninsule de Gydan, dans le Nord de la Sibérie, à une trentaine de kilomètres de Yamal LNG, qui a démarré la production de gaz en décembre 2017 dans l'Arctique russe.

Il est prévu que le projet atteigne une capacité de production de 19,8 millions de tonnes par an, soit 535.000 barils équivalent pétrole par jour, en puisant dans plus de 7 milliards de barils équivalent pétrole de ressources d'hydrocarbures du gisement onshore de gaz à condensats d'Utrenneïé.

Le groupe français Total a signé en mars un accord "définitif" lui octroyant une prise de participation de 10% dans ce projet de gaz naturel liquéfié.

arz/vac/soe/nth

TechnipFMC

TOTAL

NOVATEK

Publié le 24/07/2019 09:48
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?