Paris, 23 juil 2019 (AFP) - L'Assemblée a adopté mardi en première lecture le projet de loi sur la modernisation de la distribution de la presse, défendu comme "équilibré" et "protecteur" par le ministre de la Culture Franck Riester mais combattu par la CGT du Livre

Déjà voté par le Sénat le 22 mai, le projet de loi largement adopté par 47 voix contre 2 et 2 abstentions, doit maintenant être examiné par des députés et sénateurs en commission mixte paritaire pour tenter de parvenir à une version commune.

Le texte entend relancer une filière secouée par les évolutions numériques, une chute de nombre de points de vente et la quasi-faillite de son leader Presstalis l'an passé.

Pour le ministre de la Culture Franck Riester, il s'agit d'un projet "équilibré" et protecteur" capable de résoudre "une équation difficile".

Opposée à cette réforme, la CGT du livre a organisé des grèves dénonçant le "retour de monopoles, cette fois privés" dans lesquels "les puissances de l'argent" contrôleront la distribution en plus de titres et de médias.

Le gouvernement affirme vouloir conserver les grands principes de la loi Bichet de 1947, parmi lesquels la liberté de diffusion et le principe coopératif obligatoire.

Mais l'adaptation de cette loi est devenue "indispensable" en raison des difficultés traversées par le secteur, a expliqué Franck Riester faisant référence au sauvetage en mars 2018 de Presstalis, aidé à hauteur de 90 millions d'euros par l'État.

Le projet de loi prévoit pour cela d'ouvrir le marché à la concurrence au plus tard le 1er janvier 2023. Presstalis se partage aujourd'hui le secteur avec les Messageries lyonnaises de presse.

Un amendement a limité à 20% le nombre de parts pouvant être détenues par un actionnaire extra-communautaire, de type Amazon, dans une société de distribution de presse, pour se garantir contre une influence étrangère trop importante.

Les députés ont en revanche rejeté un amendement de Pierre-Yves Bournazel (UDI) qui proposait de faire de l'entrave à la distribution de la presse un délit spécifique.

L'Arcep, gendarme des télécoms, deviendra le seul régulateur à la place des deux organes actuels (CSMP et ARDP), y compris pour la partie numérique dont les kiosques (ePresse, LeKiosk, etc.)

Afin de limiter les invendus, le texte prévoit aussi de donner aux marchands de journaux une marge de manoeuvre, négociée avec la filière, pour la vente des titres hors ceux de la presse d'information politique et générale (IGP).

Publié le 24/07/2019 12:50
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)