Paris, 16 juil 2019 (AFP) - Le ministre démissionnaire François de Rugy, au coeur de révélations sur des dépenses excessives, s'est comparé mardi soir à Pierre Bérégovoy qui s'est suicidé en 1993, en évoquant les "mots" de François Mitterrand à l'égard de son ancien Premier ministre "livré aux chiens".

Après une semaine de polémiques autour de dîners fastueux lorsqu'il présidait l'Assemblée, François de Rugy a annoncé mardi sa démission du ministère de l'Ecologie, dénonçant un "lynchage médiatique".

"Comment ne pas penser aux mots de François Mitterrand en hommage à Pierre Bérégovoy", a tweeté l'ancien ministre de la Transition écologique mardi soir, en joignant une vidéo du discours prononcé par l'ancien président socialiste lors des obsèques, le 4 mai 1993, de son ancien Premier ministre.

"Toutes les explications du monde ne justifieront pas qu'on ait pu livrer aux chiens l'honneur d'un homme et finalement sa vie, au prix d'un double manquement de ses accusateurs aux lois fondamentales de notre République, celles qui protègent la dignité et la liberté de chacun d'entre nous", avait déclaré François Mitterrand.

Le président du groupe LREM au Sénat et ancien socialiste François Patriat, qui avait assisté aux obsèques de M. Bérégovoy, a vu mardi sur LCI dans le tweet de M. de Rugy l'expression "de la tristesse, de l'amertume".

"Je vois bien que quelqu'un qui se sent agressé injustement, qui se sent pourchassé puisse avoir ce genre de réaction", a déclaré le sénateur de Côte d'Or, en ajoutant que Pierre Bérégovoy n'avait "jamais supporté l'opprobre dont il était l'objet" au sujet d'un prêt privé sans intérêt reçu d'un ami de M. Mitterrand.

Le 1er mai 1993, le long d'un canal de la Nièvre, Pierre Bérégovoy, 67 ans, alors député, s'est donné la mort sans laisser un mot d'explication. Militant autodidacte issu du syndicalisme, devenu Premier ministre de François Mitterrand (avril 1992 - mars 1993), il a mis fin à ses jours alors que des suspicions de corruption pesaient sur lui et que la gauche venait de subir une lourde défaite aux législatives.

Publié le 16/07/2019 10:46
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

BHL et les fellations aux dictateurs

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !