En direct
Best of
Best of du 8 au 14 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

ça vient d'être publié
light > Religion
Contexte particulier
Pèlerinage du 15 août à Lourdes : des milliers de pèlerins sont attendus, le masque sera obligatoire
il y a 4 heures 14 min
pépite vidéo > France
Vive émotion
Retrouvez l’hommage de Jean Castex aux six humanitaires français tués au Niger
il y a 6 heures 30 min
pépites > International
Noms d'oiseaux
La Turquie accuse la France de se comporter "comme un caïd" en Méditerranée
il y a 7 heures 41 min
pépites > Politique
Couple franco-allemand
Emmanuel Macron va recevoir Angela Merkel au Fort de Brégançon le 20 août prochain
il y a 10 heures 15 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : Jérôme Salomon estime que le "virus sera toujours là" à la rentrée et confirme une baisse du prix des masques
il y a 11 heures 52 min
décryptage > Santé
Nouvel espoir

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

il y a 13 heures 59 min
décryptage > Société
Nihilisme sociétal

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

il y a 15 heures 10 min
décryptage > International
Maison Blanche

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

il y a 16 heures 2 min
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 1 jour 5 heures
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk, un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 4 heures 54 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov
il y a 7 heures 2 min
pépites > International
Vague de critiques
L'Autorité palestinienne, l’Iran et la Turquie rejettent l'accord entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 9 heures 31 min
light > Culture
Succès fou
Le livre de Nicolas Sarkozy, Le Temps des tempêtes, devient officiellement le best-seller de l'été 2020
il y a 11 heures 20 min
pépite vidéo > Europe
Distanciation sociale
Interdiction en Galice : la fumée de cigarette peut-elle transmettre le coronavirus ?
il y a 13 heures 33 min
décryptage > France
Ecoutons-là

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Economie
Résilience face au climat

Canicules, inondations et tempêtes : la vulnérabilité humaine et économique diminue avec les années

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 1 jour 5 heures
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 1 jour 6 heures
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 1 jour 8 heures
Milan, 15 juil 2019 (AFP) - Le géant chinois de la téléphonie Huawei s'est dit prêt lundi à investir 3,1 milliards de dollars (2,75 milliards d'euros) d'ici 2021 en Italie, créant ainsi 1.000 emplois.

Cette annonce survient alors que Huawei, dans le collimateur de l'administration Trump qui le soupçonne de collaborer avec Pékin, pourrait supprimer des centaines de postes aux Etats-Unis où il emploie quelque 850 personnes, selon le Wall Street Journal.

"Ces trois prochaines années, nous investirons en Italie 1,9 milliard de dollars (1,7 milliard d'euros) pour l'acquisition de fournitures et 1,2 milliard de dollars (1,06 milliard d'euros) en opérations et marketing, avec 52 millions de dollars (46 millions d'euros) en recherche et développement", a expliqué le directeur général de Huawei Italia Thomas Miao, lors d'une conférence de presse à Milan.

Selon lui, "seront ainsi créés 3.000 postes de travail, un millier directement et 2.000 indirectement, dans la sous-traitance".

M. Miao a souligné que les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine n'avaient pas d'impact pour le moment sur l'activité de Huawei en Italie.

"Jusqu'ici, nous menons nos activités comme avant. Nous parlons avec nos partenaires comme avant", a-t-il indiqué, alors qu'on lui demandait si sa société rencontrait des difficultés en Italie.

Il s'est dit confiant pour la suite, "d'abord parce que le gouvernement (italien) a une politique ouverte et transparente qui ne sera pas affectée par les problèmes entre les Etats-Unis et la Chine, et deuxièmement parce que notre société est un acteur très important".

Concernant la technologie 5G, il a affirmé: "nous avons un plan A et un plan B: que nous ayons accès ou non aux fournisseurs aux Etats-Unis, nous garantirons un approvisionnement à nos partenaires de manière continue".

Interrogé sur les éventuelles suppressions d'emplois aux Etats-Unis, le dirigeant a simplement indiqué: "la porte est fermée là-bas", sans plus de précisions.

Le géant chinois de la téléphonie est dans le collimateur de l'administration Trump qui le soupçonne de collaborer étroitement avec Pékin et craint que les services de renseignement chinois n'aient accès aux données transportées sur les futurs réseaux.

L'administration américaine milite dans le monde entier auprès de ses alliés pour qu'ils fassent comme elle et empêchent le groupe chinois --qui est un des leaders mondiaux dans la 5G-- de participer à la construction de ces réseaux de téléphonie mobile à très haut débit.

Donald Trump a interdit au printemps aux entreprises américaines de vendre certains composants et technologies à Huawei, avant d'évoquer, fin juin, un possible assouplissement des restrictions.

Concernant le développement de la 5G en Italie et l'utilisation d'un "golden power" (un pouvoir spécial) de l'Etat italien dans ce domaine, pour vérifier qu'il n'y ait pas de risque pour la sécurité nationale, M. Miao a demandé "des règles efficaces, transparentes et justes", en regrettant que ce décret ne s'applique qu'aux fournisseurs non européens.

"Il doit être appliqué à tous, parce que la technologie est neutre et non liée à des questions géopolitiques", a affirmé le dirigeant.

L'Italie, dirigée par une coalition populiste, et la Chine se sont rapprochées ces derniers mois.

En mars, les deux gouvernements ont signé un protocole d'accord "non contraignant" pour sceller l'entrée de l'Italie dans les "nouvelles routes de la soie", malgré l'inquiétude de Bruxelles et Washington.

Avec ce protocole, l'Italie est devenue le premier pays membre du G7 à intégrer ce projet pharaonique d'infrastructures maritimes et terrestres lancé par Pékin en 2013.

Publié le 15/07/2019 08:52