Paris, 14 juil 2019 (AFP) - Des dizaines de personnes, dont des "gilets jaunes", manifestaient dimanche après-midi sur les Champs-Elysées dans un face à face tendu avec les forces de l'ordre à l'issue du défilé militaire du 14 juillet, ont constaté des journalistes de l'AFP.

C'est la première fois depuis le 16 mars que des "gilets jaunes" parviennent à retourner manifester sur les Champs-Elysées qui avaient connu une flambée de violences lors du 18e samedi de mobilisation de ce mouvement social.

Un total de 152 personnes ont été interpellées en marge du défilé, où des "gilets jaunes" avaient appelé à manifester, a annoncé à l'AFP la préfecture de police de Paris, selon un bilan dressé dimanche à 14H00.

Plusieurs figures des "gilets jaunes" ont été placées en garde à vue: Jérôme Rodrigues, ancien commerçant qui a perdu son oeil droit en janvier, et Maxime Nicolle, dit "Fly Rider", pour "organisation d'une manifestation illicite", et le routier Eric Drouet pour "rébellion", a-t-on appris auprès du parquet de Paris.

Sur la célèbre avenue, quelques dizaines de "gilets jaunes", sans leur chasuble fluo mais armés de sifflets et de ballons, ont copieusement hué le passage du président Emmanuel Macron dans la matinée.

De petits groupes ont ensuite parcouru la grande artère en chantant "Macron démission" ou "Gilets jaunes ! Ca va péter !".

C'est après la fin de la cérémonie que la situation s'est tendue. Vers 14H30, des manifestants mais aussi des jeunes gens dissimulant leurs visages sous des foulards et capuches ont investi le haut de l'avenue rouverte au public.

- "incompétence chronique", pour Le Pen -

De nombreuses barrières métalliques qui avaient été utilisées pour limiter les déplacements des spectateurs ont été mises à terre, des poubelles incendiées, conduisant les forces de l'ordre à riposter en tirant des grenades lacrymogènes.

Les policiers progressaient sur l'avenue, en chassant peu à peu les manifestants, qui se réfugiaient dans les rues adjacentes, a constaté l'AFP.

"Ce matin on est venu assister au défilé car on est citoyen. On nous a tellement interdit de Champs, c'est important d'être de retour", a déclaré Cid, 33 ans, venu de Seine-et-Marne.

Bleu, blanc, rouge des pieds à la tête, il est encore révolté par le traitement réservé aux manifestants sur l'avenue: "On nous a nassé (encerclé) dans la matinée, on s'est fait traiter comme des chiens. C'est eux (ndlr les forces de l'ordre) qui ont fait monter la pression".

Vers 16H00, la préfecture de police assurait dans un tweet que "les forces de l'ordre ont repris le terrain, et continueront de procéder à la dispersion systématique des manifestants présents sur les #ChampsÉlysées".

A la suite de l'occupation des Champs-Elysées par les manifestants, la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a demandé dans un tweet: "Comment est-ce possible que des #BlackBlocs et des voyous d'extrême gauche arrivent à tout saccager le jour de notre fête nationale ? Pourquoi cette incompétence chronique d'un ministre de l'Intérieur en dessous de tout et incapable d'assumer la moindre responsabilité ?".

Après près de huit mois de mobilisation depuis le 17 novembre, où le mouvement avait fait descendre plus de 280.000 personnes dans la rue, l'essoufflement gagnait ces dernières semaines. Les "gilets jaunes" n'étaient que quelques centaines à manifester samedi dans plusieurs villes de France.

Publié le 14/07/2019 04:53
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

04.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

05.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

Balance ton port : les Marseillais veulent-ils couler leurs gros bateaux ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

06.

Affaire Jeffrey Epstein : cette épidémie de suicides dans les prisons françaises qu'il serait également bon d'interroger

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?