Paris, 14 juil 2019 (AFP) - Des manifestants se réclamant du mouvement des "gilets jaunes" mais aussi des casseurs faisaient face à de nombreux policiers dimanche après-midi sur l'avenue des Champs Elysées à Paris, après le défilé militaire du 14 juillet, ont constaté des journalistes de l'AFP.

A l'issue de ces célébrations traditionnelles de la fête nationale française, des dizaines de personnes essayaient d'ériger des obstacles sur l'avenue tandis que les forces de l'ordre tentaient de les disperser par des tirs de grenades lacrymogènes. Des poubelles ont été incendiées.

Une certaine confusion régnait, les manifestants du mouvement des "gilets jaunes" - en fronde depuis des mois contre la politique sociale du président Emmanuel Macron - ayant décidé de ne pas porter leur emblématique chasuble fluo. D'autres militants vêtus de noir, le visage dissimulé sous un foulard, un masque ou une capuche, se mêlaient aux touristes et aux badauds.

Un total de 152 personnes ont été interpellées en marge du défilé du 14 juillet avant même le début de ces incidents, a annoncé à l'AFP la préfecture de police de la capitale française.

Parmi elles, deux figures du mouvement des "gilets jaunes", Jérôme Rodrigues et Maxime Nicolle, ont été placées en garde à vue pour "organisation d'une manifestation illicite", après leur interpellation aux abords des Champs-Elysées, a-t-on appris auprès du parquet de Paris.

Eric Drouet, une autre tête d'affiche de ce mouvement, a lui aussi été interpellé dans la matinée mais la décision sur son éventuel placement en garde à vue n'avait pas encore été prise, a dit une source proche du dossier.

Interrogé par l'AFP sur ces arrestations, Me Arie Alimi, l'avocat de Jérôme Rodrigues, a estimé qu'il s'agissait "manifestement d'interpellations d'opposants politiques, en raison de leur qualité d'opposants politiques".

Dans la matinée, plusieurs petits groupes de "gilets jaunes" ont sifflé et hué le président Macron au moment où il descendait les Champs-Elysées à bord d'un "command car", a constaté l'AFP.

Après environ huit mois de mobilisation, depuis le 17 novembre, le mouvement des "gilets jaunes" peine désormais à rassembler. Ils étaient quelques centaines à manifester samedi dans plusieurs villes.

Publié le 14/07/2019 04:04
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

04.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

05.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

Balance ton port : les Marseillais veulent-ils couler leurs gros bateaux ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

06.

Affaire Jeffrey Epstein : cette épidémie de suicides dans les prisons françaises qu'il serait également bon d'interroger

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?