Paris, 27 juin 2019 (AFP) - Plus de cinquante associations ont dénoncé jeudi un "durcissement" de l'Etat des "conditions d'accès à l'hébergement et à l'accompagnement" des migrants visant à "décourager la demande d'asile" et qui les poussent à vivre dans des campements aux "conditions indignes".

Ces associations demandent "40.000 places supplémentaires dans les centres d'accueil d'ici 2022 et un moratoire sur les remises à la rue des réfugiés", a déclaré le directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité (Fnars) Florent Guéguen, lors d'une conférence de presse, en pointant des relations avec l'État "très difficiles".

"Nous ne cessons d'alerter sur l'augmentation du nombre de personnes vivant en squats, en bidonvilles ou en campements dans des conditions sanitaires et sociales indignes", déclarent dans un manifeste transmis à l'AFP les associations, parmi lesquelles la Fnars, Médecins du Monde et Amnesty International France.

Le texte déplore le "manque de volonté politique et de moyens pour respecter le principe d'accueil inconditionnel" de la part du gouvernement.

Les migrants, "victimes de discrimination", font face actuellement à un "durcissement" et à une "dégradation" des "conditions d'accès à l'hébergement et à l'accompagnement", une politique visant à "décourager la demande d'asile", écrivent-elles.

Florent Guéguen a annoncé "engager des contentieux dès septembre sur l'application des droits des étrangers et du droit au logement" concernant des cas particuliers.

"Le +tri+ des personnes qui sollicitent un hébergement se généralise dans le territoire", assurent les associations.

"Malgré l'obligation d'hébergement et d'accompagnement des demandeurs d'asile, moins d'une personne sur deux est aujourd'hui hébergée dans le Dispositif national d'accueil (DNA)", s'alarment les signataires dont fait aussi partie la Cimade, Emmaüs Solidarité ou France terre d'asile.

Par ailleurs, les associations rappellent que des personnes ayant obtenu l'asile et vivant dans des centres d'hébergement, sont parfois remises à la rue sans solution de relogement, à la demande de l'État et de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii), "un cycle infernal aboutissant à plus de personnes à la rue", selon elles.

Cette pratique a déjà été dénoncée le 13 juin par certaines associations gestionnaires de centres.

Ainsi, les signataires demandent au gouvernement "une protection et un hébergement d'urgence immédiats et inconditionnels des migrants", un "accès rapide aux procédures de demande d'asile" et la "garantie de conditions d'hygiène digne".

Pour le président de Médecin du monde, Philippe de Botton, "il n'y a pas de santé sans toit": "des pathologies de la rue se multiplient, en plus des troubles respiratoires, digestifs, articulaires ou dermatologiques, il existe beaucoup de troubles mentaux à cause de la violence de la précarité".

Les autorités démantèlent régulièrement des campements de migrants implantés essentiellement dans le nord de Paris et dans la banlieue nord de la capitale, qui se reconstituent inexorablement. La dernière, jeudi matin, a vu plus de 200 personnes évacuées.

Publié le 27/06/2019 02:32
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

06.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

07.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

03.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy a démissionné