Libreville, 16 juin 2019 (AFP) - Deux journalistes français travaillant pour l'Agence France Presse (AFP) en Centrafrique ont été brutalement interpellés et leur matériel confisqué ou détruit samedi, lors de la dispersion d'une manifestation de l'opposition à Bangui, interdite par les autorités.

Les deux correspondants de l'AFP en Centrafrique, Charles Bouessel (28 ans) et Florent Vergnes (30 ans) ont déclaré avoir été retenus plus de six heures et auditionnés trois fois, après avoir été arrêtés et molestés à plusieurs reprises par des membres de l'Office centrafricain de répression du banditisme (OCRB).

Accrédités pour travailler dans ce pays, les deux journalistes ont été arrêtés samedi vers 15H00 locales (14H00 GMT).

Ils ont d'abord été retenus par l'OCRB puis transférés dans les locaux de la direction des services de police judiciaire (DSPJ) à Bangui, selon des sources diplomatiques, le ministre centrafricain de la Justice, et les deux journalistes de l'AFP.

"La manifestation se déroulait bien, les CRS nous ont laissé filmer et voyaient bien que nous étions en dehors du cortège", a témoigné Charles Bouessel, confirmant la version de l'autre journaliste de l'AFP, Florent Vergnes.

"Les manifestants ont été dispersés rapidement. Des pick-up de l'OCRB sont arrivés. On a entendu des tirs à balles réelles".

"Avec Florent nous tentons de partir (...). L'OCRB nous voit et semble furieux qu'on ait filmé la scène, ils foncent sur nous", a-t-il ajouté. "L'un d'eux attrape ma caméra et la fracasse par terre. Je mets les mains en l'air mais je me prend une première claque dans la tête. Mon sac à dos (où j'ai mes papiers, passeport, carte bleue, accréditation presse...) est arraché et jeté par terre. Je demande à le prendre, ainsi que les débris de mon appareil mais je reçois seulement des coups".

"On est emmenés à l'accueil de l'OCRB, où on me dit de vider mes poches pour notifier ce que j'ai sur moi au début de la garde à vue. Je leur explique que je n'ai plus rien, les flics m'ont tout pris, ça ne les intéresse pas, et c'est surement perdu me disent-ils".

"On est libérés à 20h48, je n'ai plus de papiers ni d'argent ni de téléphone. Les policiers proposent de nous ramener mais demandent 10.000 francs (15 euros) +pour l'essence+", poursuit Charles Bouessel.

De son côté, Florent Vergnes a affirmé avoir "été ceinturé à la gorge" et s'être "pris des beignes, des coups de crosse de Kalachnikov dans le dos". "Ils m'ont arraché mon sac, mon appareil photo et mon téléphone" pendant l'arrestation.

"J'ai saigné du nez et j'ai mal au dos et à la mâchoire", a ajouté M. Vergnes, qui a fait constaté ses blessures par un médecin à Bangui dimanche matin.

"Ce jour, il présente un volumineux hématome temporal droit, un hématome sur l'omoplate droite, un hématome sur la base du nez et une douleur sur l'articulation temporo-mandibulaire gauche et un trouble de l'articulé dentaire", selon les termes du certificat médical.

Florent Vergnes a souligné qu'au moment de son interpellation, il avait signalé être dûment accrédité: "Je leur ai dit que j'étais journaliste et que j'étais accrédité, ils m'ont dit + appelle ton ministre+".

Selon le ministre de la Justice centrafricaine Flavien Mbata, les deux journalistes "ont été interpellés par la police, car ils étaient présents sur les lieux d'une manifestation interdite par la police".

"On a demandé à ce qu'ils soient libérés hier, ce qui a été fait. Demain (lundi), lorsque on aura tous les éléments et le procès verbal, on va décider de la suite de la procédure", a ajouté le ministre, joint par l'AFP depuis Libreville.

Publié le 16/06/2019 02:20
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

05.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

06.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

07.

Le chômage est au plus bas au Royaume-Uni depuis 1974. Comment l’expliquer dans un pays empêtré dans le Brexit ?

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques