En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 4 heures 15 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 5 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 8 heures 7 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 9 heures 13 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 10 heures 23 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 11 heures 14 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 13 heures 23 min
décryptage > France
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Santé
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

il y a 14 heures 42 min
décryptage > Science
Crew Dragon

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

il y a 15 heures 10 min
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 4 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 7 heures 47 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 8 heures 40 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 9 heures 41 min
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 10 heures 51 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 12 heures 13 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Media
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

il y a 14 heures 22 min
décryptage > France
Roman national ?

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

il y a 14 heures 59 min
décryptage > France
Table des négociations

Démocratie sociale: monde d’après ou pas, le gouvernement conserve les mêmes travers

il y a 15 heures 36 min
Paris, 27 mai 2019 (AFP) - L'acteur Charles Berling va adapter sur scène "Vivre sa vie" de Jean-Luc Godard dans le cadre du festival "off" d'Avignon, qui a annoncé recevoir, pour la première fois depuis sa création en 1966, une subvention du gouvernement.

"Vivre sa vie", un film sorti en 1962 avec Anna Karina dans le rôle titre, raconte la vie de Nana qui rêve de devenir actrice avant de finir prostituée. Charles Berling y fera entendre la voix de femmes, de la philosophe Simone Weil à la romancière Virginie Despentes.

"Parmi les autres têtes d'affiche du "off" (5-28 juillet), le retour du couple Andréa Bescond et Eric Métayer qui, après "Les Chatouilles", montent cette année une nouvelle pièce au thème sensible et très d'actualité avec l'affaire Vincent Lambert: "Déglutis, ça ira mieux", sur l'accompagnement en fin de vie et le droit à la dignité.

"Les Chatouilles", monologue d'une femme qui a été victime enfant d'abus sexuel, a connu un tel succès au théâtre depuis sa création au "off" en 2014, qu'il a été transposé au cinéma, remportant deux César en 2018. Il sera repris cette année au festival avec une nouvelle actrice.

Une habituée du "off", Virginie Lemoine, présentera entre autres "Quand je serai grand je serai Nana Mouskouri", sur un adolescent foudroyé par la voix de la chanteuse grecque, et reprendra son adaptation de "Suite Française" d'Irène Némirovsky.

Fort du succès de "Adieu Monsieur Haffman" (4 Molières en 2018) sur un bijoutier juif au moment de l'Occupation, Jean-Philippe Daguerre crée "La famille Ortiz".

Le "off", l'un des plus grands festivals au monde de compagnies de théâtre indépendantes, a par ailleurs annoncé qu'il allait recevoir pour la première fois depuis sa création, une subvention du ministère de la Culture.

Jusque-là autofinancé - à l'exception de 10.000 euros de la mairie d'Avignon - le "off", similaire mais plus petit que le "fringe" d'Edimbourg, va recevoir 40.000 euros, selon son président Pierre Beffeyte. Son budget global est de deux millions d'euros.

"C'est une reconnaissance du +off+ comme lieu de création et non pas seulement comme un +marché+ du spectacle vivant comme on le dit souvent. C'est une très grande et bonne nouvelle", a-t-il indiqué à l'AFP.

Selon lui, ce "geste symbolique est très encourageant", à l'heure où les subventions pour les spectacles vivants connaissent une baisse depuis quelques années.

Le festival, qui se tient parallèlement à l'édition "officielle" du Festival d'Avignon (4-23 juillet), accueille plus de 1.000 compagnies de théâtre par édition, allant de 1 à 12 acteurs.

De nombreux metteurs en scène ont été révélés dans le "off", où le bouche-à-oreille est roi, comme Alexis Michalik, le "golden boy" du théâtre français "né" dans le "off" en 2014. Des pièces comme récemment "Adieu Monsieur Haffman" et "La Machine de Turing" ont remporté un grand succès à Paris.

"On a remis les artistes au centre du festival", précise M. Beffeyte. Il reconnaît toutefois que subsiste le problème de la précarité des jeunes compagnies, certaines s'endettant pour se produire à Avignon.

Publié le 27/05/2019 12:20