Paris, 22 mai 2019 (AFP) - Les quotidiens nationaux n'ont pas pu paraître ce mercredi, en raison d'une grève organisée par la CGT du Livre (SGLCE) pour combattre un projet de réforme de la distribution de la presse dont l'examen doit commencer au Sénat.

Le SGLCE, qui fédère des employés dans le secteur de l'imprimerie et de la distribution de la presse, avait appelé à une grève de 24H, de mardi soir à mercredi soir, à l'occasion de l'ouverture des débats sur cette réforme au Sénat.

Si la presse quotidienne régionale a pu paraître normalement, les lecteurs des quotidiens nationaux (dont Le Parisien, Libération, Le Figaro...) ont dû se contenter des versions électroniques de leurs titres. Plusieurs de ces journaux avaient laissé leurs éditions numériques en accès libre ce mercredi, tout en regrettant cette non-parution.

Le projet de loi en cause vise, selon le gouvernement, à moderniser le système de distribution des journaux en France, régi depuis l'après-guerre selon un modèle coopératif par la loi Bichet, notamment en confiant la régulation du secteur au gendarme des télécoms, l'Arcep, et en l'ouvrant à la concurrence en 2023.

Une réforme lancée dans le sillage de la quasi-faillite, il y a un an, du groupe Presstalis (ex-NMPP), principal distributeur de journaux et magazines en France, qui s'était retrouvé au bord du gouffre et a dû être sauvé par l'Etat et les éditeurs de presse.

Mais lors d'un rassemblement organisé mercredi matin devant le Sénat, qui a réuni entre deux cents et trois cents militants selon un journaliste de l'AFP, la CGT du Livre a redit son opposition à ce projet qu'elle pourfend depuis le début.

"Cette concurrence va ouvrir la voie dans les années à venir à la reconstitution de monopoles cette fois privés", a lancé le sénateur communiste Pierre Laurent, venu soutenir les ouvriers du Livre CGT, se disant déterminé à "combattre ce projet".

"Les puissances d'argent qui contrôlent de plus en plus de titres et de plus en plus de médias contrôleront aussi la distribution avec un risque évident pour le pluralisme", a-t-il prévenu.

"Derrière l'ambition affichée (par le gouvernement, NDLR) de préserver la loi Bichet, il la vide en réalité de sa substance", a abondé Didier Lourdez, secrétaire général du SGLCE.

"Ce que prévoit le gouvernement, c'est le retour d'un monopole tout puissant, dans un secteur régulé par une autorité à la botte du pouvoir politique", a-t-il ajouté, dénonçant un "danger" pour la démocratie et le pluralisme.

Le syndicat a par ailleurs rejeté lors de ce rassemblement les accusations de "censure" qui lui ont été adressées la semaine dernière, après que certains de ses membres ont empêché la distribution des hebdomadaires Le Point, Paris Match et Valeurs Actuelles dans plusieurs régions, dans le cadre d'actions contre la réforme.

Le directeur du Point Etienne Gernelle avait notamment dénoncé dans un éditorial "une discrimination entre les titres" opérée selon lui par "les militants cégétistes".

"Non, il n'y a pas eu de censure de qui que ce soit par qui que ce soit", a assuré M. Lourdez. Selon lui, la non parution de ces hebdomadaires était liée à des arrêts de travail pour protester contre la réforme, et ne visait aucunement telle ou telle publication.

Publié le 22/05/2019 03:24
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La France mal classée à "l'indice de misère"
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Nominations européennes: le jeu dangereux d’Emmanuel Macron face à l’Allemagne
06.
Indignez-vous… en permanence ! Stéphane Hessel et Twitter ont-il étranglé la démocratie ?