Paris, 15 mai 2019 (AFP) - Le Sénat a donné son feu vert à l'unanimité mercredi à l'abaissement de six à trois ans de l'âge de l'instruction obligatoire, mesure phare du projet de loi "pour une école de la confiance" examiné en première lecture.

Cette obligation, traduction d'un engagement pris par Emmanuel Macron en mars 2018, doit entrer en vigueur dès la rentrée prochaine.

Pour le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, c'est "l'article le plus important de la loi", avec "une dimension sociale concrète, mais aussi une dimension de signal". "C'est une loi de renforcement de l'école maternelle", a-t-il souligné.

Alors que cette mesure est souvent présentée comme symbolique, au regard du peu d'enfants de la tranche d'âge qui ne fréquentent pas l'école aujourd'hui, M. Blanquer a estimé qu'"on ne saurait la minimiser". "25.000 enfants, ça n'est pas quantité négligeable (...) même un enfant, c'est important", a-t-il dit.

Selon les statistiques du ministère, le taux de scolarisation s'élevait en 2016-2017 à 97,5% à trois ans, à 99,9% à quatre ans et à 100% à cinq ans.

Le sénateur LREM de Guyane Antoine Karam a salué "une mesure profondément sociale", "pour une égalité des chances de tous les enfants". Avec Mayotte, la Guyane connaît un des taux de scolarisation les plus faibles. En 2013, il s'élevait en Guyane à 80% pour les enfants de trois ans et autour de 90% pour les quatre et cinq ans.

Les sénateurs ont modifié le texte issu de l'Assemblée nationale, pour permettre, au travers d'un dialogue entre les familles et les directeurs d'école, des dérogations à l'obligation d'assiduité en petite section de maternelle. Il s'agit par exemple de permettre aux petits qui ne déjeunent pas à la cantine de rester faire la sieste à la maison.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, le Sénat a également donné son feu vert à l'obligation de formation de 16 à 18 ans, en réponse au décrochage scolaire, même si les questions des moyens et de l'efficacité ont été soulevées par plusieurs sénateurs.

Le ministre a défendu dans cette mesure "un progrès social", le rapporteur soulignant qu'elle a l'intérêt de "créer une contrainte collective".

Publié le 16/05/2019 12:19
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Ne l’appelez plus Shinzo Abe mais Abe Shinzo
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
07.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte