Londres, 24 avr 2019 (AFP) - La Première ministre britannique Theresa May a donné son feu vert à une participation de l'équipementier chinois Huawei au réseau 5G, malgré la controverse entourant le groupe soupçonné d'espionnage, rapporte mercredi le quotidien Daily Telegraph.

Londres ne devrait toutefois autoriser qu'un accès limité à Huawei qui ne sera pas impliqué dans le coeur du réseau mais sur des infrastructures moins sensibles comme les antennes, selon le journal.

Cette décision a été prise lors d'une réunion mardi du Conseil de sécurité nationale (National Security Council, NSC), composé de ministres et de hauts responsables de la sécurité et présidé par Theresa May.

Cette dernière aurait validé la participation de Huawei malgré l'opposition affichée de plusieurs membres du gouvernement dont le ministre l'Intérieur, Sajid Javid, celui des Affaires Etrangères Jeremy Hunt, de la Défense Gavin Williamson et du Commerce International Liam Fox.

Downing Street a refusé de confirmer l'information du Telegraph. "Nous ne commentons pas les discussions du NSC", s'est contenté de déclarer un porte-parole.

De son côté, le ministère du Numérique a rappelé qu'une étude du gouvernement était en cours sur le réseau télécoms britannique et que les conclusions, qui sont attendues pour le printemps, seront "publiées en temps voulu".

Le groupe chinois s'est quant à lui félicité des informations du quotidien britannique, sans apporter de confirmation.

"Huawei salue les informations selon lesquelles le gouvernement britannique est en passe de permettre à Huawei de participer au réseau 5G au Royaume-Uni", indique l'équipementier dans un communiqué.

"Alors que nous attendons l'annonce formelle du gouvernement, nous sommes heureux que le Royaume-Uni continue d'adopter une approche fondée sur les faits et nous continuerons de travailler en coopération avec le gouvernement et l'industrie", ajoute le groupe.

Cette décision de Londres aurait de quoi irriter les Etats-Unis qui ont exclu Huawei du déploiement de la 5G sur leur sol et tentent de convaincre leurs alliés occidentaux d'en faire autant.

Le géant chinois Huawei est devenu un leader incontestable de la technologie 5G, future génération ultrarapide de l'internet mobile, mais ses équipements sont soupçonnés de permettre à Pékin d'espionner les communications des pays qui les utiliseraient.

Plusieurs autorités et responsables politiques britanniques avaient pointé les risques associés à Huawei, le ministre de la Défense Gavin Williamson ayant exprimé en décembre sa très "vive inquiétude" quant à la participation du chinois à la 5G britannique.

Le service de renseignement britannique pour la cybersécurité (NCSC) avait lui récemment estimé que les risques posés par Huawei étaient "gérables", selon la presse.

Fin mars, un rapport du comité de surveillance du centre d'évaluation de cybersécurité de Huawei (HCSEC), un organe piloté par le gouvernement, avait mis en garde contre les "nouveaux risques" que ferait peser Huawei sur la sécurité des réseaux du Royaume-Uni.

Parmi les opérateurs mobiles britanniques, le leader BT a annoncé qu'il retirait certains équipements Huawei des réseaux 3G et 4G déjà en service, assurant toutefois que le groupe chinois restait un fournisseur important.

Son concurrent Vodafone a, lui, suspendu ses achats d'équipements Huawei pour ses infrastructures en Europe.

jbo/pn/sbr

BT GROUP

VODAFONE GROUP

Publié le 24/04/2019 10:18
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Une femme et son bébé percutés par une trottinette électrique à Paris
06.
Les vraies raisons pour lesquelles Bruno Le Maire estime que « l’euro n’a jamais été aussi menacé »
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte