Caracas, 15 avr 2019 (AFP) - Le Venezuela a accusé lundi Ottawa d'accompagner l'"aventure belliciste" du président américain Donald Trump, après que le Canada, qui reconnaît l'opposant Juan Guaido comme président par intérim, a annoncé de nouvelles sanctions contre de hauts responsables du gouvernement de Nicolas Maduro.

"En accompagnant l'aventure belliciste et criminelle de Donald Trump contre le Venezuela, le Premier ministre (Justin) Trudeau retire au Canada sa nature d'acteur fiable dans le dialogue", a estimé le ministère des Affaires étrangères vénézuélien dans un communiqué.

Le gouvernement de Nicolas Maduro rejette "catégoriquement" cette nouvelle salve de sanctions d'Ottawa et accuse le Canada d'avoir "jeté le masque".

"L'alliance avec des criminels de guerre qui ont déclaré leur intention de détruire l'économie vénézuélienne afin d'infliger des souffrances au peuple et de piller les richesses du pays met en évidence l'attitude hypocrite du gouvernement d'Ottawa dans sa préoccupation factice pour les droits de l'homme", a encore réagi la diplomatie vénézuélienne.

Ces nouvelles sanctions visent 43 personnalités "responsables de la détérioration de la situation au Venezuela", hauts responsables du gouvernement Maduro ou gouverneurs régionaux, selon la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland. Elle a justifié ces mesures par les "actions antidémocratiques du régime Maduro".

Les sanctions consistent en un gel des avoirs des personnes visées et une interdiction d'effectuer des transactions avec le Canada. Elles s'ajoutent à des mesures déjà prises par Ottawa à l'encontre de 70 autres responsables vénézuéliens.

Le Canada, tout comme les Etats-Unis et une cinquantaine de pays, a reconnu le chef de file de l'opposition Juan Guaido comme président par intérim du pays latino-américain. Le gouvernement de Nicolas Maduro voit dans le geste de Juan Guaido une tentative de coup d'Etat soutenue par Washington.

Le Canada fait partie avec 13 pays latino-américains du Groupe de Lima créé pour promouvoir une issue à la crise au Venezuela. Ces pays ne reconnaissent pas le deuxième mandat de Nicolas Maduro entamé le 10 janvier.

Lors d'un réunion lundi, le Groupe de Lima a appelé les Nations unies à "prendre des mesures" pour éviter une escalade de la crise au Venezuela et garantir une aide humanitaire aux migrants.

Le Venezuela traverse une profonde crise politique et économique. Plus de 2,7 millions de Vénézuéliens ont quitté le pays depuis 2015, selon l'ONU, fuyant les pénuries, aggravées par des pannes d'électricité à répétition.

Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit une chute du PIB de 25% cette année au Venezuela, ainsi qu'une hyper-inflation de 10.000.000% et un taux de chômage de 44,3%.

Publié le 16/04/2019 01:39
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition Stéphane Gayet

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

07.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)