Paris, 15 avr 2019 (AFP) - La cathédrale de Notre-Dame de Paris, très gravement endommagée par un incendie, "nous la rebâtirons", a affirmé lundi soir Emmanuel Macron, jugeant que "le pire a été évité, même si la bataille n'est pas encore totalement gagnée".

"Nous rebâtirons Notre-Dame parce que c'est ce que les Français attendent, parce que c'est ce que notre histoire mérite, parce que c'est notre destin profond", a-t-il insisté, dans une déclaration sur le parvis de l'église sinistrée.

Le chef de l'Etat a adressé "une pensée pour l'ensemble de nos compatriotes", parce que Notre-Dame de Paris "c'est notre histoire, notre littérature, notre imaginaire, le lieu où nous avons vécu tous nos grands moments".

Entouré du Premier ministre Edouard Philippe, de la maire de Paris Anne Hidalgo, du président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand et de l'archevêque de Paris Michel Aupetit, Emmanuel Macron a voulu avoir "un mot d'espérance" malgré un "terrible drame".

"Cette espérance, c'est la fierté que nous devons avoir. Fierté de tous ceux qui se sont battus pour que le pire n'advienne pas. Fierté parce que cette cathédrale, il y a plus de 800 ans, nous avons su l'édifier et à travers les siècles la faire grandir et l'améliorer", a-t-il lancé.

"Alors je vous le dis très solennellement ce soir: cette cathédrale nous la rebâtirons, tous ensemble", a poursuivi le chef de l'Etat, confirmant le lancement d'une souscription nationale à partir de mardi.

Le président de la République a également adressé aux sapeurs pompiers de Paris "les remerciements de la nation toute entière", pour "un courage extrême, un grand professionnalisme et beaucoup de détermination de la part de leurs chefs".

"Le pire a été évité, même si la bataille n'est pas encore totalement gagnée", a-t-il dit. Le chef de l'Etat a également fait part de ses "pensées" aux catholiques et aux Parisiens.

A cause de l'incendie, Emmanuel Macron a annulé son allocution prévue à 20H00 ce lundi soir, où il devait annoncer ses décisions au terme du grand débat et de la crise des "gilets jaunes". La date de sa nouvelle intervention n'est pas encore fixée, a fait savoir son entourage.

Publié le 16/04/2019 12:14
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition Stéphane Gayet

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

07.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

01.

Ces (vrais) clichés sur la Seconde Guerre mondiale

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?