New York, 15 avr 2019 (AFP) - La Bourse de New York a terminé en petite baisse lundi, lestée par les chiffres trimestriels mitigés des banques Goldman Sachs et Citigroup.

L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, a reculé de 0,10% à 26.384,77 points, le Nasdaq, à forte coloration technologique, de 0,10% à 7.976,01 points et l'indice élargi S&P 500 de 0,06% à 2.905,58 points.

A l'équilibre à l'ouverture, les indices ont rapidement commencé à perdre du terrain alors que les investisseurs digéraient les résultats des banques Goldman Sachs et Citigroup, avant de limiter leurs pertes à l'approche de la clôture.

"Vendredi, on espérait une envolée des indices emmenée par les valeurs financières" après les résultats records de JPMorgan Chase, a rappelé Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services.

Mais avec les chiffres "franchement médiocres" de Goldman Sachs lundi (-3,82%) "on peut dire pour le moment qu'il y a des gagnants et des perdants", a-t-il jugé.

La prestigieuse banque d'affaires américaine a notamment fait part d'une chute de son bénéfice net de 20% et d'un repli de 13% de son chiffre d'affaires.

Citigroup (-0,06%) de son côté a fait état d'une légère hausse de son bénéfice net due à des économies et une baisse de ses impôts, mais aussi d'un recul de son chiffre d'affaires.

"Le marché a déjà intégré le fait que la saison des résultats n'allait pas être fantastique en termes de bénéfices", a commenté Peter Cardillo de Spartan Capital.

Les analystes s'attendent en moyenne à une baisse des bénéfices des entreprises du S&P 500 de l'ordre de 4,3% sur les trois premiers mois de l'année, selon le cabinet FactSet.

"Mais les résultats de ce matin mettent en avant le fait qu'on pourrait aussi avoir un problème avec le chiffre d'affaires", a ajouté M. Cardillo.

Or "le marché ne peut pas indéfiniment monter jusqu'au ciel sans un stimulus quelconque"", a relevé M. Volokhine en soulignant que les volumes d'échanges étaient particulièrement faibles en ce moment.

"S'il ne peut pas trouver son inspiration dans le secteur de la finance, le plus important désormais est de voir si le secteur de la tech peut continuer à jouer son rôle de leader", a-il ajouté.

Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt à 10 ans sur la dette américaine reculait légèrement vers 20H15 GMT, à 2,548% contre 2,565% vendredi à la clôture.

La Bourse américaine sera fermée à l'occasion des fêtes de Pâques.

jum/nas

CITIGROUP

GOLDMAN SACHS GROUP

J.P. MORGAN CHASE & CO

Publié le 15/04/2019 10:39
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition Stéphane Gayet

07.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?