New York, 15 avr 2019 (AFP) - La Bourse de New York a terminé en petite baisse lundi, lestée par les chiffres trimestriels mitigés des banques Goldman Sachs et Citigroup.

L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, a reculé de 0,10% à 26.384,77 points, le Nasdaq, à forte coloration technologique, de 0,10% à 7.976,01 points et l'indice élargi S&P 500 de 0,06% à 2.905,58 points.

A l'équilibre à l'ouverture, les indices ont rapidement commencé à perdre du terrain alors que les investisseurs digéraient les résultats des banques Goldman Sachs et Citigroup, avant de limiter leurs pertes à l'approche de la clôture.

"Vendredi, on espérait une envolée des indices emmenée par les valeurs financières" après les résultats records de JPMorgan Chase, a rappelé Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services.

Mais avec les chiffres "franchement médiocres" de Goldman Sachs lundi (-3,82%) "on peut dire pour le moment qu'il y a des gagnants et des perdants", a-t-il jugé.

La prestigieuse banque d'affaires américaine a notamment fait part d'une chute de son bénéfice net de 20% et d'un repli de 13% de son chiffre d'affaires.

Citigroup (-0,06%) de son côté a fait état d'une légère hausse de son bénéfice net due à des économies et une baisse de ses impôts, mais aussi d'un recul de son chiffre d'affaires.

"Le marché a déjà intégré le fait que la saison des résultats n'allait pas être fantastique en termes de bénéfices", a commenté Peter Cardillo de Spartan Capital.

Les analystes s'attendent en moyenne à une baisse des bénéfices des entreprises du S&P 500 de l'ordre de 4,3% sur les trois premiers mois de l'année, selon le cabinet FactSet.

"Mais les résultats de ce matin mettent en avant le fait qu'on pourrait aussi avoir un problème avec le chiffre d'affaires", a ajouté M. Cardillo.

Or "le marché ne peut pas indéfiniment monter jusqu'au ciel sans un stimulus quelconque"", a relevé M. Volokhine en soulignant que les volumes d'échanges étaient particulièrement faibles en ce moment.

"S'il ne peut pas trouver son inspiration dans le secteur de la finance, le plus important désormais est de voir si le secteur de la tech peut continuer à jouer son rôle de leader", a-il ajouté.

Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt à 10 ans sur la dette américaine reculait légèrement vers 20H15 GMT, à 2,548% contre 2,565% vendredi à la clôture.

La Bourse américaine sera fermée à l'occasion des fêtes de Pâques.

jum/nas

CITIGROUP

GOLDMAN SACHS GROUP

J.P. MORGAN CHASE & CO

Publié le 15/04/2019 10:39
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
04.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
05.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
06.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?