Charleville-Mézières, 21 mars 2019 (AFP) - La cour d'assises des Ardennes a condamné jeudi en appel un Franco-Turc, sympathisant de la cause kurde, qui avait tenté de tuer un couple de vignerons marnais en mai 2013, à une peine de 17 ans d'emprisonnement.

L'avocat général avait requis 20 ans de réclusion criminelle.

Ancien entrepreneur rémois et père de quatre enfants, Suphi Ayalp, condamné à 20 ans de prison en première instance en 2017, a maintenu lors de son procès en appel sa thèse du cambriolage qui aurait mal tourné.

"Je n'ai jamais voulu tuer. Mon objectif était de trouver une arme", a dit l'accusé en larmes dans sa cage de verre.

Cette arme, qu'il savait se trouver chez ses anciens employeurs de vendanges, était censée le protéger contre des menaces supposées de la police secrète turque. Une amie proche était l'une des trois militantes du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan) assassinées en plein Paris quelques mois seulement avant l'agression.

Mais après la piste de la police secrète turque, c'est celle des médicaments qu'il prenait à l'époque pour soigner une sévère dépression que Suphi Ayalp a invoqué pour tenter d'expliquer la violence de son agression.

Sa nouvelle version n'aura convaincu ni l'avocat général ni celui des parties civiles.

"Maintenant, Suphi Ayalp vient nous dire qu'il est désolé mais il n'y a toujours pas d'explications véritables", a souligné Me Gérard Chemla pour qui l'accusé reste un personnage à "double face", "intensément énigmatique" et "extrêmement inquiétant".

Il est accusé d'avoir laissé le vigneron marnais dans une mare de sang, le crâne défoncé et le coup serré par deux cordons de téléphone mobile. "Jean-Michel Pongnian, c'est Lazare revenu des morts", a commenté l'avocat général, Jacques Louvier.

Véronique Pongnian présentait pour sa part "plusieurs plaies" aux mains et "une entaille au cuir chevelu", avait révélé l'enquête.

"Les faits sont têtus. Il y a bien eu une tentative de meurtre", a martelé l'avocat général. Selon lui, pas de doute possible : les blessures infligées à Véronique Pongnian, les coups sur la tête de Jean-Michel Pongnian et la tentative d'étranglement signent l'intention homicide. "Il s'agit d'un crime crapuleux", a-t-il conclu.

"La dépression, des failles narcissiques, la fragilité psychologique, des troubles de la personnalité, les médicaments, un raisonnement pas toujours adapté : rien d'autre n'explique les faits et ce déchaînement de violence", a plaidé Me Jean-Yves Moyard, l'un des deux avocats de la défense, demandant aux jurés de "ne pas jeter aux orties" ces explications.

Publié le 22/03/2019 12:31
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
02.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
07.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?