Washington, 21 mars 2019 (AFP) - Le patron des Marines américains, le général Robert Neller, juge que le déploiement militaire à la frontière avec le Mexique et le mur voulu par Donald Trump représentent un "risque inacceptable" pour ses soldats, selon des documents internes cités jeudi par le Los Angeles Times.

Dans deux mémos adressés au ministre de la Défense par intérim, Patrick Shanahan, et à son adjoint chargé de l'US Navy, Richard Spencer, le général Neller indique que les déploiements "imprévus et non budgétisés" ordonnés par le président le long de la frontière l'ont obligé à annuler ou réduire des exercices militaires prévus dans cinq pays.

Les Marines ne participeront pas à des exercices prévus en Indonésie, en Ecosse et en Mongolie, et leur participation à des manoeuvres conjointes en Australie et en Corée du Sud sera réduite, ajoute le haut gradé américain dans ces documents datés des 18 et 19 mars.

L'authenticité des documents, dont des copies ont été publiées par le journal, a été confirmée par le corps des Marines.

En outre, à cause de la procédure d'urgence que le président a décrétée pour débloquer 6,7 milliards du budget 2019 du Pentagone pour financer la construction du mur, le corps des Marines ne pourra pas financer la reconstruction de ses bases ravagées par des ouragans en Caroline du Nord et en Géorgie, ajoute le général.

"La saison des ouragans démarre dans trois mois, et nous avons des Marines, des marins et des civils qui travaillent dans des structures qui ne sont pas sûres", précise-t-il.

"Le budget 2019 était censé être un +bon+ budget, +dans les délais+ et d'un montant supérieur. Ces attributs positifs sont désormais dépassés par les facteurs négatifs (...), imposant des risques inacceptables à la préparation au combat du corps des Marines et à sa solvabilité", souligne le général Neller.

M. Shanahan n'a pas encore débloqué les fonds réclamés par la présidence. Il doit s'expliquer la semaine prochaine devant les élus du Congrès sur le projet de budget 2020, qui prévoit une nouvelle enveloppe de 3,6 milliards de dollars pour la construction d'une "barrière frontalière".

Un porte-parole du corps des Marines a souligné dans un communiqué que les pressions sur cette branche de l'US Navy étaient surtout budgétaires.

"Financièrement, la reconstruction des zones affectées par les ouragans est, de loin, la plus conséquente des pressions énumérées dans les mémos", a indiqué le capitaine Joseph Butterfield.

Quelque 500 Marines figurent parmi les 4.500 militaires américains actuellement déployés le long de la frontière avec le Mexique, sur les ordres du président Trump qui veut contrer l'arrivée de migrants depuis l'Amérique centrale.

M. Shanahan a approuvé ce déploiement jusqu'à la fin septembre.

Publié le 21/03/2019 11:09
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
02.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
06.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
07.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?