Paris, 21 mars 2019 (AFP) - "Je ne suis en guerre contre personne. Pas contre l'Elysée et personne d'autre", a assuré jeudi à l'AFP le président du Sénat Gérard Larcher après la décision de la Haute assemblée de saisir la justice du cas d'Alexandre Benalla, mais aussi de ceux de proches d'Emmanuel Macron.

"Je ne suis en guerre contre personne. Pas contre l'Elysée et personne d'autre. Le sujet est d'une autre nature. C'est simplement l'application du droit, rien que le droit, tout le droit", a déclaré M. Larcher (LR) à l'issue du vote du Bureau du Sénat.

Il s'agit aussi "du rôle et de l'autonomie d'une Assemblée et de ses instances délibératives", a ajouté M. Larcher.

"J'insiste parce que j'entends déjà qu'on aurait des déclarations de guerre, qu'une fois encore on aurait outrepassé la Constitution. Non, pas du tout, nous avons simplement effectué la mission de contrôle" et ceci "dans le respect des personnes", a-t-il poursuivi.

Le "débat a été à la hauteur de la mission de contrôle. Nous avons pris le temps nécessaire au débat", a ajouté le responsable LR.

"On n'a pas fait de politique ce matin", a-t-il martelé. C'est "une décision qui a été prise par une instance, le Bureau, et non pas par un agrégat de groupes politiques", a encore dit M. Larcher, rappelant aussi que "le Bureau n'est pas juge".

A ses côtés, la vice-présidente centriste du Bureau, Valérie Létard, qui avait été chargée d'instruire le dossier, a fait état d'un débat "serein et respectueux", assurant elle aussi avoir "agi sur le droit rien que le droit" et réfutant un "débat politique".

Interrogé sur d'éventuels contacts en amont avec l'Elysée, M. Larcher a répondu "pas du tout". "Et je dois dire que je voudrais saluer le respect de l'indépendance que j'ai eu comme président du Sénat", "nul n'a fait pression sur moi".

"Quand les gens doutent de la démocratie, la séparation des pouvoirs ça a du sens", a poursuivi le président du Sénat, et "ça a été parfaitement respecté".

La demande de saisine et les documents annexés seront transmis à la justice dans les prochains jours, a-t-il précisé

Publié le 21/03/2019 02:58
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

06.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

07.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?