Londres, 21 mars 2019 (AFP) - Le patronat et les syndicats britanniques ont supplié jeudi la Première ministre Theresa May de changer d'approche sur le Brexit, alertant sur une situation d'"urgence nationale" à huit jours de la date théorique de sortie de l'UE.

L'organisation patronale CBI et la confédération syndicale TUC demandent dans une lettre commune à être reçus au plus vite par la dirigeante conservatrice et exigent un "plan B" pour éviter de choisir entre l'accord de Theresa May, dont le Parlement britannique n'a pas voulu jusqu'à présent, et un Brexit sans accord.

"Notre pays fait face à une urgence nationale. Les décisions des derniers jours ont augmenté le risque d'une absence d'accord", selon la lettre. Dans ce cas de figure, "le choc sur l'économie se ferait sentir pour les générations à venir", préviennent patronat et syndicats.

Cette lettre écrite par la secrétaire générale du TUC Frances O'Grady et par la directrice générale du CBI Carolyn Fairbain est dévoilée au moment où s'ouvre à Bruxelles un sommet européen qui doit examiner la demande du report du Brexit déposée par le gouvernement britannique.

L'UE a conditionné la validation d'un court report au vote par le Parlement britannique de l'accord porté par Theresa May, que les députés ont déjà rejeté à deux reprises.

Le CBI et la TUC, qui représentent des dizaines de milliers d'entreprises et des millions de travailleurs, préviennent que le pays n'est pas prêt pour le scénario d'un Brexit sans accord.

C'est la raison pour laquelle ils demandent au gouvernement de trouver un plan B qui puisse protéger les travailleurs et l'économie, préserver l'ouverture de la frontière irlandaise, convaincre une majorité de parlementaires et être accepté par l'UE.

"Nous ne soulignerons jamais assez la gravité de la crise pour les entreprises et les travailleurs. Nous voulons vous rencontrer au plus vite pour parler de nos inquiétudes et entendre votre réponse", écrivent le CBI et la TUC à Theresa May.

Publié le 21/03/2019 02:42
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

06.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

07.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

01.

Connaissiez-vous le colonel Sadafi ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !