Londres, 21 mars 2019 (AFP) - Le patronat et les syndicats britanniques ont supplié jeudi la Première ministre Theresa May de changer d'approche sur le Brexit, alertant sur une situation d'"urgence nationale" à huit jours de la date théorique de sortie de l'UE.

L'organisation patronale CBI et la confédération syndicale TUC demandent dans une lettre commune à être reçus au plus vite par la dirigeante conservatrice et exigent un "plan B" pour éviter de choisir entre l'accord de Theresa May, dont le Parlement britannique n'a pas voulu jusqu'à présent, et un Brexit sans accord.

"Notre pays fait face à une urgence nationale. Les décisions des derniers jours ont augmenté le risque d'une absence d'accord", selon la lettre. Dans ce cas de figure, "le choc sur l'économie se ferait sentir pour les générations à venir", préviennent patronat et syndicats.

Cette lettre écrite par la secrétaire générale du TUC Frances O'Grady et par la directrice générale du CBI Carolyn Fairbain est dévoilée au moment où s'ouvre à Bruxelles un sommet européen qui doit examiner la demande du report du Brexit déposée par le gouvernement britannique.

L'UE a conditionné la validation d'un court report au vote par le Parlement britannique de l'accord porté par Theresa May, que les députés ont déjà rejeté à deux reprises.

Le CBI et la TUC, qui représentent des dizaines de milliers d'entreprises et des millions de travailleurs, préviennent que le pays n'est pas prêt pour le scénario d'un Brexit sans accord.

C'est la raison pour laquelle ils demandent au gouvernement de trouver un plan B qui puisse protéger les travailleurs et l'économie, préserver l'ouverture de la frontière irlandaise, convaincre une majorité de parlementaires et être accepté par l'UE.

"Nous ne soulignerons jamais assez la gravité de la crise pour les entreprises et les travailleurs. Nous voulons vous rencontrer au plus vite pour parler de nos inquiétudes et entendre votre réponse", écrivent le CBI et la TUC à Theresa May.

Publié le 21/03/2019 02:42
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Quand Bret Easton Ellis atomise la “Génération Chochotte”
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
05.
La honte de l’empereur : loin du soleil d’Austerlitz, l’ombre infamante de la bataille de Toulouse
06.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
07.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
05.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron